Trois États de la Nouvelle-Angleterre prévoient un virage vers l'énergie verte

Le Connecticut, le Rhode Island et le Massachusetts s'associent aux services d'électricité pour évaluer les quelque 50 demandes de soumissions d'entreprises voulant construire des usines afin de produire de l'énergie propre dans la région.
Les trois États espèrent profiter de leur pouvoir d'achat combiné et ainsi attirer des projets qu'ils ne pourraient pas se permettre à eux-seuls. L'objectif est ultimement de diminuer les coûts pour les consommateurs, mais aussi d'atteindre leurs cibles respectives sur les énergies vertes et l'environnement.
Ce nouveau partenariat semble avoir porté fruit jusqu'à maintenant; une vingtaine de sociétés ont proposé plus de 50 projets.
Les responsables des États ont récemment fait savoir qu'ils auraient besoin de plus de temps «en raison de la complexité de l'analyse et du volume de soumissions». Les projets sélectionnés devraient être annoncés plus tard cette année.
Des projets d'énergie solaire, d'éolien et d'hydroélectricité sont notamment considérés par les États.
Du Maine au Canada
Parmi les soumissions, on retrouve un projet de lignes de transmission qui ferait circuler l'énergie éolienne et hydroélectrique à partir du Maine et du Canada.
Le premier ministre du Québec Philippe Couillard devait d'ailleurs participer dimanche à la Conférence annuelle des gouverneurs de la Nouvelle-Angleterre et des premiers ministres de l'Est du Canada qui se tient Boston.