«La formation est construite selon des situations complexes qui ressemblent beaucoup au quotidien des employés, à leur travail de tous les jours.» - Hugues Flotz, président-directeur général d'Ellicom

Travailleurs québécois: la reconnaissance, le plaisir et l'équilibre avant la grosse paie

Qu'est-ce qui motive les Québécois au travail? La grosse paie? Non. Plutôt un beau merci du boss!
Pour marquer la fin de la Semaine des ressources humaines et la célébration, vendredi, de la fête des Travailleurs, l'Ordre des conseillers en ressources humaines agréés a dévoilé les résultats d'un jeu de questionnaire auquel ont participé plus de 10 000 travailleurs. L'exercice visait à connaître ce qui pousse, chaque matin, les Québécois à se lever et à se rendre au boulot.
L'atteinte d'un meilleur niveau de vie n'arrive qu'au cinquième rang (9 %).
«Cela déconstruit donc la croyance selon laquelle la rémunération est la source de motivation la plus recherchée. C'est plutôt un facteur qui peut démotiver si jugé inadéquat par le travailleur», commente le pdg de l'Ordre des conseillers en ressources humaines agréés, Florent Francoeur.
Réussite
La réussite est la principale motivation des travailleurs, révèlent les résultats du jeu-questionnaire.
En effet, 43 % des participants sont motivés par la réussite. 
«Pour eux, le travail est surtout une occasion de s'accomplir. Afin d'être satisfaits, ils s'attendent à ce que leur contribution soit reconnue», constate M. Francoeur. «La reconnaissance, parfois négligée par certains patrons, a donc une importance capitale pour les travailleurs québécois.»
Les deux autres profils de motivation identifiés par les travailleurs sont le plaisir (33 %) et l'équilibre (15 %). «Leur travail doit être en accord avec leurs valeurs et être suffisamment flexible pour leur permettre de concilier les différents aspects de leur vie», conclut Florent Francoeur.