Les Gaspésiens craignent qu'un parcours différent du train Halifax-Montréal signifie l'arrêt définitif de leur desserte ferroviaire de passagers.

Train de passagers de VIA Rail: avenir incertain pour le trajet Halifax-Montréal

Le Canadien National (CN) et le gouvernement du Nouveau-Brunswick ont annoncé un investissement total de 50 millions $ vendredi pour assurer certains services de marchandises au nord et dans l'est de cette province, mais cette annonce ne sécurise pas le train Halifax-Montréal de VIA Rail, qui dessert aussi une petite partie de la Gaspésie et tout le Bas-Saint-Laurent.
En fait, lors de cette annonce, le CN a exprimé son intention d'entamer le processus d'abandon d'une portion de 44 milles de voie ferrée entre Miramichi et Bathurst. Le transporteur se dit aussi ouvert à les vendre.
L'État néo-brunswickois et le CN et n'investiront en fait qu'entre Bathurst et Campbellton, près de la frontière gaspésienne, et entre Miramichi et Moncton, pour y assurer un service au cours des 15 prochaines années. Ils sacrifient par contre la portion centrale de l'axe Moncton-Campbellton.
Or, le démantèlement possible de cette portion signifie que la voie serait coupée pour le train de passagers Halifax-Montréal. Pour le moment, en raison de la suspension du train New Carlisle - Montréal, c'est le seul train de passagers qui touche la Gaspésie, à Matapédia, et qui dessert le Bas-Saint-Laurent.
Inquiétudes
François Roussy, de la Société du chemin de fer de la Gaspésie, qui s'emploie à satisfaire les critères de sécurité de VIA Rail pour que le train entre la péninsule et Montréal reprenne au plus vite, s'inquiète d'un éventuel arrêt du service Montréal-Halifax, parce que le transporteur national pourrait être tenté de couper définitivement les deux trains de passagers.
«J'espère que le gouvernement du Nouveau-Brunswick et le CN vont revenir sur leur décision afin d'assurer l'avenir de tout le tronçon Moncton-Campbellton», dit-il, constatant que le gouvernement fédéral est absent de l'entente de vendredi et qu'il «serait temps qu'il réinvestisse dans le rail».
Mylène Bélanger, de VIA Rail, précise que le transporteur «opérera sur cette voie tant [qu'elle] sera ouverte» et «tant que l'infrastructure sera sécuritaire». Elle ajoute que VIA Rail «n'a pas les ressources financières requises pour acquérir et maintenir cette voie».
Si le passage par le nord du Nouveau-Brunswick est coupé, VIA Rail «va devoir considérer la viabilité commerciale de tout trajet alternatif pour relier Halifax et Montréal avant d'adopter un tel parcours». Le seul autre parcours entre Halifax et Montréal situé au Canada passe par Edmundston, mais il est nettement moins peuplé que le trajet actuel.