Toys ''R'' Us se placerait au cours des prochaines heures sous la protection du chapitre 11 de la loi sur les faillites aux États-Unis.

Toys ''R"' Us au bord de la faillite

Éprouvant d'importantes difficultés financières depuis des années, la chaîne de magasins de jouets Toys "R" Us est au bord de la faillite. Le détaillant américain s'est placé lundi à l'abri de ses créanciers.
L'aventure dans sa forme actuelle de la compagnie tire à sa fin. Au cours des dernières heures, l'entreprise s'est placée sous la protection du chapitre 11 de la loi sur les faillites aux États-Unis. La demande a été déposée à Richmond dans l'État de Virginie. Le détaillant devrait également soumettre une requête similaire au cours des prochaines heures du côté canadien. 
Il s'agit d'un autre coup dur pour l'industrie du commerce de détail, en quelques mois. Au début de 2017, la chaîne HMV annonçait mettre la clé sous la porte - certains magasins ont été repris par Sunrise Records - et dernièrement la société Sears Canada s'est également placée à l'abri de ses créanciers pour entamer une importante restructuration.
Au début septembre, on apprenait que Toys "R" Us avait mandaté la frime d'avocats Kirkland & Ellis pour l'aider à trouver des solutions pour rembourser des dettes de 400 millions $US (491 millions $) dès l'an prochain. L'entreprise pourrait opter pour une stratégie similaire à celle de Sears Canada et choisir de fermer plusieurs points de vente pour se départir de certains baux.
La compagnie dit avoir obtenu un financement de 3 milliards $ US afin de maintenir les activités de la grande majorité de ses magasins Toys «R» Us et Babies «R» Us à travers le monde.
Au cours des derniers jours, des fournisseurs de Toys "R" Us ont notamment réduit leurs livraisons dans le souci que l'entreprise ne puisse pas payer ses factures, note l'agence Bloomberg. Actuellement, la chaîne américaine, qui détient plus de 1700 magasins dans le monde et 65 000 employés, jongle avec une dette de 5 milliards $US (6,1 milliards $).
Dans la grande région de Québec, Toys "R" Us possède deux magasins, soit aux Galeries de la Capitale et à Laurier Québec. Selon nos informations, aucune annonce de fermeture n'est prévue pour le moment dans ces établissements. Les propriétaires des deux centres commerciaux, soit le Groupe Oxford et Ivanhoé Cambridge, ont confirmé au Soleil lundi en soirée n'avoir aucune direction comme quoi les magasins fermeraient leurs portes. 
Répercussions
Lundi, à la suite des spéculations, les actions d'importants fabricants de jouets ont chuté à la Bourse. La société Mattel, spécialisée dans les jouets et jeux pour enfants, elle détient entre autres les marques Barbie et Hot Wheels, a vu son titre baissé de 6,24 %. Du côté de Hasbro, qui possède Monopoly, l'action a diminué de 1,69 %.
En 2016, Toys "R" Us, qui est détenu par le fonds d'investissement KKR, Bain Capital et Vornado Realty Trust, avait affiché une baisse des ventes de 3,4 %. Le plan stratégique de relance de l'entreprise semble ne pas avoir porté ses fruits. 
Pour le premier trimestre de 2017, la compagnie a vu ses ventes chuter de 113 millions $US (139 millions $) par rapport à la même période l'an dernier. Elle a déclaré une perte de 164 millions $US (201 millions $).
Avec La Presse canadienne