Toyota a annoncé vendredi le déménagement de la production de son populaire Tacoma des États-Unis au Mexique. Cette décision fait partie d’un plan de restructuration visant toujours à investir 13 milliards de dollars sur le sol américain d’ici 2021.

Toyota transfère la production du Tacoma au Mexique

WEST NEW YORK — Toyota a annoncé vendredi le transfert de la production du pick-up Tacoma des États-Unis au Mexique, mais a assuré qu’aucun emploi américain ne serait affecté par cette délocalisation.

Cette annonce intervient au lendemain de l’approbation par le Congrès américain du nouvel accord de libre-échange associant États-Unis, Canada et Mexique (AEUMC).

Le pick-up Toyota Tacoma était assemblé depuis 2010 sur un site du groupe à San Antonio, au Texas, qui emploie 3200 personnes et a une capacité de production de 208 000 unités par an.

Mais cette production cessera fin 2021, indique le constructeur automobile dans un communiqué. Toute la production de ce modèle se fera à ce moment-là dans son usine mexicaine de Baja.

L’usine de San Antonio se verra elle affectée à partir de 2022 à la production d’un autre modèle, le 4X4 urbain (SUV) Sequoia, qui était jusque-là fabriqué au centre du pays, à Princeton dans l’Indiana.

Il n’est pas exclu que cette décision du groupe nippon suscite la colère du président Donald Trump, qui avait déjà torpillé en 2017, via un tweet rageur, son projet de transférer la production du modèle Corolla des États-Unis au Mexique.

«Toyota a annoncé construire une nouvelle usine à Baja, Mexique, pour produire des voitures Corolla vendues aux États-Unis. JAMAIS! Construisez vos usines aux États-Unis ou acquittez-vous de lourdes taxes douanières», avait enjoint le locataire de la Maison-Blanche.

Toyota s’était ravisé et avait finalement confié la production des Corolla à son site du Mississippi.

Le constructeur automobile a expliqué vendredi que la délocalisation de la production du pick-up Tacoma vendu aux États-Unis faisait partie d’un plan de restructuration visant toujours à investir 13 milliards de dollars sur le sol américain d’ici 2021. Il a déjà investi 7,1 milliards dont 1,6 milliard dans une usine commune en Alabama avec Mazda.