Terrasse Dufferin dans le Vieux-Québec
Terrasse Dufferin dans le Vieux-Québec

Tourisme: le Québec aux Québécois à coups de forfaits

Olivier Bossé
Olivier Bossé
Le Soleil
La COVID-19 a déjà gâché la saison touristique, cet été. Mais le gouvernement Legault veut limiter les dégâts en incitant les Québécois à voyager au Québec. Il lance donc forfaits et passeports à rabais financés par l’État pour visiter nos belles régions, même Montréal!

Cette mesure de 20 millions $ fait partie d’un large plan de relance de l’industrie touristique québécoise d’une valeur globale de 753 millions $ sur deux ans. L’annonce a été faite jeudi par rien de moins que trois ministres, soit du Tourisme, de l’Économie et des Finances.

Environ 60 % de cet argent, 446 millions $, ira en prêts et garanties de prêts pour 1400 hôtels et 300 attraits touristiques. On parle de 300 millions $ dépensés en argent sonnant, dont 100 millions $ de dépenses supplémentaires pour le gouvernement.

Le directeur national de santé publique était aussi de ce point de presse pour annoncer la réouverture le 19 juin des zoos, des jardins botaniques, des fermes touristiques et des lieux de renseignements touristiques. Les excursions maritimes pourront reprendre leurs activités le 1er juillet.

Cette deuxième phase du déconfinement touristique annonce en quelque sorte la reprise complète des déplacements entre régions.

«Ils n’ont jamais été interdits», précise la ministre du Tourisme, Caroline Proulx. «La Direction de la santé publique nous autorise à avoir un programme comme Explore Québec pour aller se promener sur le territoire québécois. C’est important de dire que chaque hôtel, chaque chalet, chaque pourvoirie, chaque activité touristique qui va se retrouver en forfaitisation aura eu l’autorisation de la Santé publique, aura présenté son plan sanitaire, aura été accepté par la Santé publique. Donc les Québécois pourront se déplacer en sécurité dans des hébergements touristiques, pratiquer des activités touristiques ou aller dans des attraits touristiques qui auront eu l’autorisation de la Santé publique.»

Limite de 125 000 cartes

Une trentaine de forfaits bientôt mis en vente à 25 % de rabais sur QuébecOriginal.com aidera en plus la Santé publique à remonter jusqu’à la source en cas de contamination d’un utilisateur. «La forfaitisation permet cette traçabilité-là. À travers les forfaits, on va savoir que les gens vont se déplacer du point A et vont aller en forfait dans telle région, faire telle activité», a révélé Mme Proulx.

Des passeports pour avoir accès à deux, trois ou quatre attraits touristiques seront aussi vendus, à 20, 30 ou 40 %, selon le choix.

L’abonnement annuel aux 24 parcs nationaux de la Société des établissements de plein air du Québec (SÉPAQ) sera aussi offert à 50 % du prix habituel, à 40,13 $. Mais seulement en ligne sur le site de la SÉPAQ, à compter du lundi 22 juin. 

La quantité de ces cartes d’abonnement annuel à moitié prix sera limitée à environ 125 000, c’est-à-dire jusqu’à la hauteur des 5 millions $ ajoutés par le gouvernement. Bon an, mal an, la SÉPAQ en écoule 60 000. Cet accès reste gratuit pour les 17 ans et moins.

Le reste des 750 millions $ sont distribués de la sorte : 200 millions $ pour l’investissement tourisme d’affaires dans les hôtels, 48 millions $ en développement des attraits touristiques, 25 millions $ pour bonifier l’offre touristique régionale et 13,8 millions $ comme exemption en taxe d’hébergement qui aurait dû être payée au premier trimestre de 2020.

Avant la crise du coronavirus, l’industrie touristique du Québec comptait 30 000 entreprises qui fournissaient 402 000 emplois et produisait 16 milliards $ de recettes par année. 

Le taux d’occupation actuel des hôtels est en ce moment de 10 %. Pour permettre aux hôteliers de faire leurs frais cet été, ils auront besoin de 30 à 40 % d’occupation. En l’absence des touristes internationaux, les objectifs demeurent modestes.

«Si on réussit à avoir, par exemple, 50 % d’occupation, étant donné les circonstances dans lesquelles nous sommes, ça serait positif», affirme le ministre des Finances, Eric Girard.