Elon Musk, le chef de la direction de Tesla, est à couteaux tirés avec la Commission des valeurs mobilières (SEC) aux États-Unis.

Tesla nomme deux administrateurs pour surveiller Elon Musk

NEW YORK - Tesla a nommé vendredi deux membres indépendants du conseil d’administration dans le cadre d’un accord conclu avec les régulateurs américains, qui exigeait une surveillance accrue du chef de la direction Elon Musk.

Le cofondateur d’Oracle, Larry Ellison, et Kathleen Wilson-Thompson, vice-présidente principale de Walgreens Boots Alliance, se joignent immédiatement au conseil en tant qu’administrateurs indépendants.

Elon Musk a eu des ennuis avec la Commission des valeurs mobilières (SEC) aux États-Unis début août quand il a déclaré sur Twitter s’être «assuré un financement» pour privatiser l’entreprise de voitures électriques à 420 $ US par action.

La SEC a accusé Elon Musk d’avoir commis une fraude sur les valeurs mobilières, affirmant que le financement était inexistant et qu’il avait dupé les investisseurs ayant propulsé les actions de Tesla à la hausse de 11% le jour de ce message sur Twitter. Plusieurs semaines plus tard, Elon Musk a déclaré que l’entente pour sortir Tesla des marchés boursiers avait été écartée.

Les régulateurs ont d’abord voulu forcer Elon Musk à quitter son poste de chef de la direction, mais ont convenu d’accepter des pénalités de 20 millions $ pour M. Musk et Tesla. Le haut dirigeant a accepté de démissionner de son poste de président pendant au moins trois ans, mais n’a pas reconnu de mauvais comportement.

Malgré l’accord, Elon Musk a continué à se heurter aux régulateurs.

Quelques jours à peine après la conclusion de l’entente, il a provoqué le gouvernement par l’intermédiaire de Twitter, qualifiant la SEC de «commission d’enrichissement des vendeurs à découvert».

Elon Musk entretient depuis longtemps une querelle avec les vendeurs à découvert, une catégorie d’investisseurs qui ont parié que le prix des actions de Tesla chuterait.

Jusqu’à présent, Elon Musk sort gagnant de cet affrontement. Les actions de Tesla ont augmenté de plus de 20% depuis son affrontement avec la SEC.

Tesla a nommé la directrice australienne des télécommunications Robyn Denholm à la présidence du conseil d’administration le mois dernier dans le cadre de son accord avec la SEC. Bien que Mme Denholm apporte à Tesla une expertise indispensable dans les domaines financier et automobile, le comportement peu orthodoxe d’Elon Musk n’a pas changé de façon marquée, du moins par rapport aux autres dirigeants de grandes entreprises cotées en bourse.

Dans un document déposé vendredi auprès de la SEC, Tesla a déclaré qu’elle «a l’intention de certifier à la Commission qu’elle et Elon (Musk) ont mené à bien en temps voulu chacune de leurs actions respectives requises en vertu du règlement».

Les actions de Tesla gagnaient plus de 2% vendredi midi.