De nombreuses firmes se sont montrées intéressées par le terrain de l'ancien zoo. Le groupe SOS Zoo a toutefois indiqué qu'il renonçait à son projet de parc faunique de la nordicité.

Terrain du Zoo de Québec: sept intéressés proposent un projet

Si une vingtaine de particuliers, d'entreprises ou d'organismes ont voulu en savoir plus sur les exigences de la Société des établissements de plein air du Québec (SEPAQ) pour occuper les terrains de l'ancien zoo de Québec, seuls sept d'entre eux ont présenté un projet vendredi.
Les intéressés avaient jusqu'à midi vendredi pour présenter à la SEPAQ, propriétaire des lieux, leur idée «à vocation récréotouristique». Les promoteurs suivants se sont exécutés : Deschamps Holding, Brunet marketing créatif, la Coopérative de solidarité d'entraide pour la survie des perroquets (CO-ESP), Akhoam Cité de L'eau, Hôtel de Glace, Coliseum Concept et une société à numéros.
Or, selon une liste consultée cet été par Le Soleil, 27 parties avaient demandé les documents définissant les critères recherchés par Québec pour le ou les futurs locataires des 160 000 mètres carrés qu'occupait jusqu'en 2006 l'ancien zoo de Québec. Force est de constater que plusieurs d'entre elles comme l'entreprise Amerispa, qui exploite des spas, dont celui récemment ouvert au Château Frontenac, ont décidé de ne pas participer au concours.
Le 7 novembre, la SEPAQ dévoilera les projets qui ont passé la première évaluation. Les promoteurs choisis auront jusqu'au 20 février pour déposer une version plus étoffée de leur proposition. Ce ne sera que plus tard en 2015 que le ou les futurs occupants de l'espace vert en plein coeur de Charlesbourg seront connus.