Une application pour mieux préparer les futurs ambulanciers [VIDÉO]

La version éducationnelle du logiciel Préhos sera offerte gratuitement pour les trois prochaines années aux étudiants du DEC en Soins préhospitaliers d’urgence (SPU) des 11 établissements d’enseignement du Québec qui donnent cette formation.

Tout est parti d’un projet-pilote avec les finissants du DEC offert au Campus Notre-Dame-de-Foy (CNDF) en partenariat avec son Centre de recherche et d’innovation en sécurité civile du Québec (Centre RISC). «On a vu le potentiel de cette application-là pour éliminer le papier et rendre l’interaction et la rétroaction avec les superviseurs de stage beaucoup plus directes», explique Marie-Ève Drouin, directrice du Centre RISC.

Jusqu’ici, les étudiants en stage devaient utiliser des copies papier, qui étaient ensuite transmises à leur superviseur de stage pour analyse. Les enseignants ne pouvaient pas intervenir en temps réel afin d’aiguiller rapidement le futur paramédical dans ses interventions. «Les enseignants peuvent nous suivre directement. Quand on envoie nos rapports, ils peuvent corriger les erreurs qu’on fait au lieu d’attendre la fin de l’année. On a des rétroactions», se réjouit Julio Hernandez, étudiant en Soins préhospitaliers d’urgence.

Dans un second temps, l’application servira également pour colliger l’information de tous les stagiaires et permettre d’amélioration la formation à travers ce qui marche ou non pendant les stages. 

Plus rapide et plus intelligent

Les professionnels utilisent déjà Préhos dans 15 régions administratives du Québec pour la planification et l’optimisation du transport de patients hospitalisés, ainsi que dans 15 territoires de l’Ontario pour la gestion des soins de paramédecine communautaire. Préhos a été créé en 2015.

Selon Christian Chalifour, président et cofondateur de Préhos, l’utilisation de la tablette pour écrire le rapport permet aux paramédicaux de gagner 15 minutes pour chaque intervention. «C’est très intuitif et on sauve énormément de temps», assure-t-il.

Dans la version 2019 du logiciel, les paramédicaux ont accès directement à la carte d’appel du 911 et ils voient les statuts d’intervention. «Il y a une communication bidirectionnelle avec le 911 pour les aviser qu’ils sont en direction, avec le patient ou arrivés à l’hôpital», précise-t-il. «En 2015, c’était seulement le dossier d’intervention d’urgence numérique. Maintenant, c’est un gestionnaire de flotte, un centre de répartition intelligent, c’est un dossier médical électronique portatif qui est utilisé en soin à domicile et en paramédecine communautaire», poursuit-il.

En Ontario, Préhos travaille également avec les hôpitaux. «On voit que ça améliore le temps de libération et permet d’envoyer les ambulances dans les bons hôpitaux selon leur expertise», souligne-t-il. 

Au Québec, Préhos a un peu plus de mal pour convaincre le ministère de la Santé et des Services sociaux du bien-fondé du logiciel.