À compter du 1er juillet, la loi canadienne antipourriel obligera les entreprises à obtenir le consentement préalable des destinataires de leurs courriels et à inclure un mécanisme de désabonnement dans chaque courriel, notamment.

Un Québécois accusé aux États-Unis d'avoir volé un milliard de courriels

Un Montréalais est accusé par la justice américaine d'avoir participé au vol d'un milliard d'adresses de courriel à des entreprises de marketing des États-Unis.
Le procureur fédéral John Horn a décrit à un tribunal d'Atlanta «une des plus importantes atteintes à la protection des données de toute l'histoire des États-Unis».
Le Montréalais de 33 ans, David-Manuel Santos Da Silva, et deux autres individus sont accusés d'avoir participé à un complot de blanchiment d'argent. Les procureurs prétendent que Da Silva a conclu avec les deux autres accusés un pacte de marketing qui leur a permis de profiter des ventes générées par des pourriels.
M. Horn affirme que le stratagème a généré 2 millions $ US en commissions, par le biais de courriels qui renvoyaient les récipiendaires vers des sites vendant des logiciels et d'autres produits.Cela signifie que les suspects n'ont possiblement récolté qu'une fraction d'un cent pour chaque adresse volée.
Les autorités estiment que l'importance du dossier tient à la quantité gigantesque d'information qui a été subtilisée. M. Horn dit que les pirates ont ciblé des entreprises de marketing qui envoient des courriels en gros aux clients de leurs abonnés commerciaux.
Ils avaient obtenu accès aux systèmes informatiques de ces firmes en envoyant à leurs employés des courriels contenant des logiciels malveillants.
En plus de voler des centaines de millions d'adresses de courriel, a dit M. Horn, les pirates ont réussi à détourner le système informatique des entreprises de marketing pour expédier leurs pourriels.
Les deux autres accusés sont d'origine vietnamienne. L'un d'entre eux a plaidé coupable, le mois dernier, à une seule accusation de fraude, et il attend sa peine.
Da Silva a été épinglé en Floride le mois dernier.
Le dossier a été confié à un tribunal de la Géorgie puisque c'est à cet endroit que se trouvent les serveurs informatiques de deux des entreprises de marketing qui ont été attaquées.