Téléphonie sans fil : Généreux appuyé par près de 60 municipalités

Le député fédéral Bernard Généreux obtient l'appui des municipalités et des municipalités régionales de comté (MRC) de sa circonscription dans son combat pour l'obtention d'une couverture de téléphonie sans fil adéquate sur son territoire.
«J'avais pris connaissance de cet enjeu par un citoyen qui m'avait interpellé concernant la couverture inadéquate de la téléphonie cellulaire. J'ai pu l'expérimenter durant la campagne électorale [de 2015] et j'ai constaté qu'il y avait effectivement des endroits où le téléphone cellulaire ne marchait pas», déplore le député de Montmagny-L'Islet-Kamouraska-Rivière-du-Loup.
Mercredi matin, à Montmagny, M. Généreux a confirmé qu'en moins de deux mois, les représentants des 58 municipalités et 4 MRC de sa circonscription avaient signé une résolution commune pour demander une couverture plus efficace du réseau. 
La prochaine étape du processus enclenché lors d'une rencontre de travail fédéral-municipal le 20 janvier dernier sera de tenter d'obtenir une rencontre avec le ministre canadien de l'Innovation, des Sciences et du Développement économique, Navdeep Bains, ainsi que des membres du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications (CRTC). 
«Nous voulons discuter avec l'industrie pour faire avancer le dossier. Essentiellement, il manque d'antennes sur notre territoire», affirme M. Généreux. «Le problème, c'est qu'il n'y a pas assez de payeurs de service pour que les compagnies décident d'investir.»
Au cours des prochaines semaines, M. Généreux prévoit s'assoir avec Bernard Lord, président de l'Association canadienne des télécommunications sans fil, afin de trouver des pistes de solution pour régler ce problème. «Ensuite, il va y avoir une autre rencontre avec des acteurs de l'industrie [Bell, Rogers, TELUS] où ils vont venir nous expliquer qu'est-ce qui nous manque pour pouvoir couvrir le territoire au complet», explique le député fédéral, qui n'écarte pas la possibilité de demander une aide financière d'Ottawa pour régler le problème. L'argent servirait notamment à la construction d'antennes.