Cracké met en scène Ed, un papa autruche qui, à l'image de Wile E. Coyote dans Roadrunner, subit toute une gamme de mauvais traitements en tentant de protéger ses oeufs.

Squeeze signe avec Disney

Avec la signature d'un contrat majeur de diffusion avec le groupe Disney, le studio Squeeze de Québec vient de grimper un peu plus dans l'échelle de la reconnaissance internationale. Les cofondateurs de Squeeze, Denis Doré et Patrick Beaulieu, ont toujours voulu faire de leur studio le Pixar du Québec.
Ce contrat ouvre la porte aux aventures de Cracké à 100 millions de téléspectateurs dans l'Europe de l'Est, l'Europe centrale, le Moyen-Orient, la Turquie et l'Afrique. Ces millions de jeunes et de familles s'ajoutent à un autre 100 millions de personnes qui seront jointes par Cartoon Network, Nickelodeon et Teletoon qui diffuseront aussi en 2016 les 52 épisodes d'une minute du papa autruche Ed qui tente à tout prix de protéger les huit oeufs de sa couvée.
Ainsi, la première mouture de Cracké pourrait bien devenir la première série télévisée québécoise la plus vue au monde. Si la première saison est déjà en boîte, les grands diffuseurs ont bien hâte de voir la deuxième. «Nous ne sommes pas encore dans la production des nouveaux épisodes», raconte Patrick Beaulieu, mais les neurones chauffent pour mettre en forme de nouvelles idées pour la prochaine série d'aventures.
«Nous avons toujours voulu développer une propriété intellectuelle pouvant être exportée partout dans le monde», avoue Denis Doré. «Notre but est de faire un produit de haute qualité, comparable à ce que font les studios majeurs en animation 3D.» Être diffusé par Disney représente la réalisation d'un rêve à cause de tout ce que cela représente comme impact et comme crédibilité.
Exporter le talent d'ici
«Depuis nos débuts, nous rêvions de produire une série télé de très grande qualité et accessible à tous. Ce partenariat avec Disney est significatif pour nous, car il confirme que le talent d'ici peut réellement voyager partout sur la planète», ajoute-t-il.
Citant Pierre Dion, président de Québecor, les deux hommes d'affaires rappellent que le marché de la diffusion internationale représente quelque 40 milliards $, mais la part du Québec ne représente qu'un très faible pourcentage, soit entre 0,008 et 0,04 %. Squeeze peut donc se permettre de foncer dans ce marché pour conquérir le plus de diffuseurs et de téléspectateurs possibles.
Pour Squeeze, la série Cracké, qui ne comporte aucun dialogue, mais des situations cocasses, a un potentiel digne des Looney Tunes. Déjà, l'équipe pense à de nouveaux personnages qui pourraient interagir avec Ed. Le papa autruche a d'ailleurs des allures aussi rocambolesques que le coyote maladroit dans les dessins animés de Roadrunner.
Il n'y aura pas que la série télévisée. Un jeu pour les appareils mobiles sera offert d'ici peu et une application qui reprendra les principes du Storycube que Cortex a mis au point dans l'animation de Benjo et ses amis, comme Le Soleil le rapportait en juin l'an dernier. Pour revoir les planches du dessin animé : tinyurl.com/zxg9xwo.
Lien YouTube http://bit.ly/1saswBv