Malgré son petit gabarit, le Soundcast VG1 se compare avantageusement à des concurrents deux fois plus chers.

Soundcast VG1: un petit qui en a dedans

La musique me permet de relaxer et de me concentrer lorsque je travaille à la maison ou au bureau. Les haut-parleurs de mon ordinateur sont malheureusement du genre assez ordinaire. Avec mon téléphone, mieux vaut de bons écouteurs.
Mais lorsque j'ai branché le Soundcast VG1 sur mon réseau Bluetooth à la maison, c'était presque une révélation. Le son remplissait toute la pièce, les basses étaient impeccables. 
Mieux encore, cet appareil, j'ai pu le comparer avec un appareil Bose de même valeur, et le VG1 me semblait supérieur. L'ambiance sonore était plus enveloppante. 
Je l'ai comparé avec un autre produit deux fois plus cher, d'une autre marque, avec les mêmes constatations. Le son est vraiment hors de l'ordinaire.
Alors que les deux autres appareils peuvent servir dehors parce qu'ils peuvent résister à une petite averse, le Soundcast est à l'épreuve de l'eau et des poussières. On peut le submerger à une profondeur de deux mètres et il devrait fonctionner encore.
Je n'ai pas pu faire une immersion du genre, mais je l'ai installé dans ma douche. Il fonctionne toujours. Les prises USB et audio sont recouvertes d'une membrane étanche.
Parmi les autres essais, j'ai branché le Soundcast VG1 sur un téléviseur qui ne supporte pas les fonctions Bluetooth avec le fil auxiliaire (prise 1/8) pour un meilleur son pour visionner un film. C'était très bon. 
Je l'ai branché de la même manière sur la sortie des écouteurs d'une Nintendo Switch en mode tablette. Ça fonctionnait très bien. 
Les résultats étaient tout aussi bien avec mon iPhone et mon iPad pour la musique et les vidéos, même pour les conversations téléphoniques en utilisant les commandes vocales de Siri d'Apple.
La pile rechargeable avec une prise USB donnait une autonomie d'une douzaine d'heures pendant les essais.
Maintenant, il restera à l'essayer dehors sur le patio pour la musique d'ambiance pendant la préparation des grillades sur le barbecue, sans casser les oreilles des voisins.
Le baseball à <i>Mario Sports Superstars </i>sur la Nintendo 3DS, dont on voit ici les deux écrans,<i> </i>est complexe. Il faut plusieurs exercices avant de pouvoir se prendre pour David Ortiz.
Mario Sports Superstars
Le nouveau jeu de Nintendo pour la console 3DS ne défoncera pas les plafonds. Mario Sports Superstars offre cinq sports: le soccer, l'équitation, le baseball, le tennis et le golf.
Les sections tennis et golf sont bien faites. Le mode de jeu est intéressant et permet de s'amuser avec plaisir. Les tutoriels montrent l'essentiel de ce qu'il faut savoir pour passer du bon temps.
Avec le baseball, c'est plus complexe autant pour lancer que pour frapper. Ce n'est pas évident du premier coup. Il faut quelques séances d'exercices avant de commencer une partie. La complexité des séquences des commandes diminue le plaisir de jouer. Ce n'est pas très naturel comme mode de jeu et ce n'est pas tout à fait dans le style arcade.
L'équitation et le soccer ne m'ont pas impressionné. L'équitation, c'est même ennuyant, sans saveur. On dirait le plaquage d'une course d'auto qui a été mal définie, mal conçue et reportée sur parcours équestre. Le ramassage de carottes ne me passionne vraiment pas, même si cela redonne de l'énergie au cheval.
Pour le soccer, à part m'amuser avec les lancers francs ou les tirs au but, je n'ai pas eu grand plaisir en tentant de jouer quelques parties. On peut se former une équipe, mais le mode de jeu manque de finesse. Je suis passé rapidement à autre chose.
On peut débloquer des modes de jeux plus puissants avec des cartes amiibo. J'en avais une pour le tennis qui m'a bien servi. Je n'ai pas essayé le mode multijoueur.
Trois jeux sur cinq, c'est mieux que la moyenne. L'ensemble demeure pas si mal pour du jeu occasionnel, mais rien de comparable avec d'autres jeux de qualité dans la cour de Nintendo. C'est loin du plaisir dans l'univers de Zelda...
Et on peut dépenser pas mal d'argent pour les cartes amiibo sans avoir plus de plaisir que celui d'agrandir une collection.
Le jeu se vend 50 $.