La mission autant économique que numérique permettra de faire rayonner l'expertise des entreprises de Québec auprès des autres communautés numériques à l'international.

Québec numérique en mission en France

Même si la Semaine numérique s'est terminée il y a deux mois déjà, l'écosystème numérique de Québec continue de s'activer à la recherche de nouvelles idées. Une délégation part en mission en France à la recherche d'idées et de partenaires.
Pas moins de 28 représentants d'entreprises numériques, de membres du conseil d'administration ainsi que les employés de Québec numérique partent pour la France cette fin de semaine pour explorer des possibilités d'entente économique et visiter des entreprises à Angers. Tout cela, juste avant de participer au Web2day, à Nantes, durant le digital springbreak, un nom étonnant pour un évènement en terre française.
Cette mission autant économique que numérique permet de faire rayonner l'expertise des entreprises de Québec auprès des autres communautés numériques à l'international, notamment en France, tout en établissant des contacts avec les instances politiques des régions visitées.
Occasions de découvertes
«Nous serons à la Cité de l'objet connecté et au Wise'Factory entre autres. Ce sera des occasions de découvertes pour connaître les derniers développements dans le domaine, mais aussi des moments d'échanges pour les entrepreneurs. Dans ces visites, il y a souvent des occasions d'affaires et des débuts de partenariat», explique Martine Rioux, directrice générale par intérim de Québec numérique.
Angers fait partie des technopoles de la France, où les entrepreneurs québécois peuvent non seulement trouver de l'inspiration, mais aussi des partenaires d'affaires. 
Après Angers, le groupe se dirigera plus au sud, vers Nantes, où se déroulent les trois jours intenses de conférences et d'ateliers du Web2day. Il s'agit d'un évènement majeur dans le monde du numérique, à l'image du Web à Québec (WAQ), inclus dans la Semaine numérique de la Capitale.
«C'est pratiquement le double de participants que ceux du WAQ, avec 3000 participants», constate Mme Rioux. À titre de comparaison, en avril cette année le WAQ a attiré 1200 personnes. Par contre, la Semaine numérique et ses nombreuses activités ouvertes au grand public dans divers lieux de la ville ont touché pas moins de 15 000 personnes, assure-t-elle.
Cette mission en France, qui prendra fin le 11 juin, sera aussi l'occasion de faire des ponts entre les organisations du Web2day et Québec numérique pour dénicher des conférenciers de haut niveau de part et d'autre tout en invitant les acteurs de l'écosystème numérique français à découvrir avec une délégation ce que la Semaine numérique apporte dans l'univers des nouvelles technologies.
«Nous avons déjà plein d'idées pour notre évènement d'avril 2018, raconte Mme Rioux. Nous ferons certainement des découvertes inspirantes, car, au retour, nous plancherons sérieusement sur les éléments de la programmation.»
Le succès de la Semaine numérique 2017 a d'ailleurs suscité l'intérêt de nouveaux partenaires, qui souhaitent ajouter leur grain de sel dans les activités avec des suggestions pour de nouvelles activités et de nouveaux sujets d'intérêt pour la communauté numérique québécoise.