Marie-Hélène Boivin (chef des opérations) et Frédéric Martin (pdg), fondateurs de BKOM, sont fiers de leur nouveau-né, «Overloot».

«Overloot» de BKOM: petite idée deviendra grande [VIDÉO]

Il y avait une fierté toute spéciale mardi dans les bureaux de BKOM. Ce n’est pas la première fois que l’entreprise lance un jeu, mais le petit nouveau, «Overloot», porte «une belle histoire» pour le studio de Lebourgneuf.

BKOM, en activité depuis 23 ans à Québec, a déjà lancé deux productions originales, Little Lords of Twilight et Tales from Candlekeep : Tomb of Annihilation. La compagnie a aussi développé de nombreux projets à l’international pour des clients comme Hasbro et Disney. 

Pour Overloot, l’histoire commence au Pixel Challenge 2017, une compétition où des petites équipes venues de différents studios de Québec ont la mission de créer en 48 heures un jeu opérationnel. L’équipe de BKOM a remporté la mise avec «l’embryon» de ce qui deviendrait le nouveau jeu lancé mardi. «Quand on a vu tout le potentiel qu’il y avait dans cette idée, on a décidé de mettre toute la puissance du studio derrière le projet», raconte Frédéric Martin, pdg et fondateur de BKOM Studios, qui compte autour de 90 employés. 

Dans 155 pays

Le résultat, après un an de travail, est un jeu destiné aux appareils mobiles qui mélange pillage, fusion d’objets et gestion d’inventaire. Un genre de jeu de casse-tête, avec des références à l’univers des jeux de rôles. «Il faut sélectionner les éléments d’armure et les armes pour équiper notre chevalier au fur et à mesure de ses combats», explique le pdg. Ces éléments finissent toujours par disparaître, ce qui demande d’en sélectionner de nouveaux et de gérer l’inventaire qui s’accumule, sans toutefois dépasser la limite, comme dans un Tetris, compare Frédéric Martin. L’univers se veut bon enfant et humoristique. Overloot, jouable à l’infini, est assez simple pour s’adresser à un public large, mais possède une profondeur dans la mécanique de jeu qui plaira à ceux qui veulent développer des stratégies. 

«Je reviens du MIGS [Montreal International Gaming Summit] et les gens ont adopté notre jeu. Il y avait vraiment un très bon taux d’engagement», a-t-il partagé. Pour Overloot, BKOM a établi un partenariat avec What (games), distributeur de jeux mobiles du géant français Gameloft, afin d’assurer la publication et la commercialisation du jeu dans 155 pays. L’aboutissement de cette année de travail avait une saveur particulière pour les employés impliqués. «Quand on travaille sur notre propre matériel, il y a toujours une flamme spéciale pour toute l’équipe», a commenté Frédéric Martin. 

Du virtuel au réel

Le studio BKOM, dont les bureaux colorés et modernes sont situés dans Lebourgneuf, a la particularité d’avoir un département dédié à la recherche et au développement de produits en réalité mixte et de jouets connectés. Les médias ont eu droit à une petite visite dans cette aile de l’entreprise, où ils ont pu découvrir quelques projets spéciaux. Comme un contrat avec Bombardier, pour produire un simulateur de vol, pour les installations de la compagnie dans un salon de l’aviation. Ou encore un jeu de table en réalité augmentée, présenté au Toy Fair de 2017, le gros salon du jouet qui se déroule chaque année à New York. Pour Frédéric Martin, le futur du jeu vidéo se trouve en bonne partie dans le domaine. «On essaie de connecter le numérique avec le physique», a-t-il résumé.