Malgré sa généralisation sur les téléphones du Finlandais Nokia (racheté par le groupe américain en 2013), le système d'exploitation de Microsoft n'a jamais réussi à faire sa place sur les appareils intelligents.

Microsoft abandonne Windows Phone

Le groupe américain Microsoft abandonne son système d'exploitation pour téléphone intelligent Windows Phone, mettant fin à ses ambitions de rivaliser avec Android (Google) et iOS (Apple) pour mieux miser sur son système Windows 10 et les services en ligne (cloud).
Microsoft avait indiqué discrètement fin 2016 sur son site qu'il ne fournirait plus à partir du 11 juillet 2017 de mise à jour pour Windows Phone 8.1, dernière version du système, sortie en 2014.
Le groupe s'était lancé en 2010 dans un système spécifique pour téléphone intelligent, mais sans doute trop tard pour rattraper les géants Apple et Google, dont les systèmes équipent plus de 99 % des mobiles dans le monde.
Selon le cabinet de recherche IDC, Google (Android) détient 85,1 % du marché et Apple (iOS) 14,7 %, ne laissant que des miettes à Windows Phone.
Windows Phone n'avait jamais vraiment réussi à faire son trou auprès du public, notamment parce que peu d'applications sont disponibles pour ce système d'exploitation, les développeurs préférant se concentrer sur Android et iOS.
En cessant les mises à jour de Windows Phone, Microsoft ne disparaît pas tout à fait des téléphones intelligents puisque son système d'exploitation Windows 10, sorti en 2015, est disponible en version mobile sur certains appareils.
«C'est sans doute la mort des Windows Phones 8, mais pas celle des offres mobiles de Microsoft», explique l'analyste Patrick Moorhead, de Moor Insights and Strategy.
La prochaine mise à jour de Windows 10 devrait permettre aux applications Microsoft de mieux fonctionner avec différents appareils, qu'ils soient sous Windows, iOS ou Android, selon les annonces du groupe en mai.
«Changement de stratégie»
Microsoft avait pourtant misé gros dans le mobile en rachetant pour 7 milliards $ le Finlandais Nokia en 2013 pour tenter de se relancer sur le marché, mais l'opération s'était révélée un cuisant échec pour l'ex-patron Steve Ballmer.
Depuis l'arrivée de son successeur, Satya Nadella, l'année suivante, le groupe n'a cessé de réduire la voilure dans les téléphones intelligents, avec des milliers de suppressions d'emplois.
Le groupe avait évoqué en 2016 son «changement de stratégie» dans les téléphones pour expliquer ces coupes.
Alors que le marché du PC traditionnel est en crise depuis 5 ans, Microsoft a déjà commencé à se diversifier, avec notamment, côté hardware, la gamme Surface, des appareils hybrides, à la fois PC et tablette.
Il mise aussi, comme les autres géants informatiques sur les services dématérialisés en cloud, devenu une grosse source de profits pour le groupe de Redmond.
Microsoft avait annoncé en avril une hausse de 11 % des revenus trimestriels de sa division de cloud intelligent, à 6,8 milliards $, avec une croissance particulièrement forte (+ 93 %) pour Azure, son offre vedette de services dématérialisés à destination des entreprises.
En mai, lors de sa conférence des développeurs, Microsoft avait aussi dévoilé de nouvelles innovations technologiques visant à faire entrer l'intelligence artificielle dans le quotidien en utilisant les ressources du cloud.
Microsoft est aussi présent dans la réalité mixte (mêlant réalité virtuelle et augmentée), avec le casque HoloLens.
Le groupe doit annoncer ses résultats annuels le 20 juillet.