Étienne Lemay, Rafaël Blais Masson, Tristan Duchaine L'Abbé et Antoine Meunier sont les quatre cofondateurs de l'entreprise Medalist, spécialisée dans la création de sites Web pour les athlètes.

Medalist: sites Web simples pour athlètes pressés

À deux semaines des Jeux olympiques de Sotchi, plusieurs athlètes n'ont pas encore de site Web pour que leurs partisans puissent les suivre dans leur aventure. Certains pensent à confier la mise en ondes de leur image de marque à des entreprises alors que d'autres tentent de créer leurs pages par les moyens du bord lorsqu'ils constatent le coût élevé des solutions qu'on leur propose.
L'équipe de Medalist (medali.st) arrive dans le décor aujourd'hui après avoir créé un concept d'une grande simplicité au point que l'athlète Travis Gerrits, spécialiste du ski acrobatique, était fier de raconter combien il lui avait été facile de modifier son site (travisgerrits.com) dans la salle d'attente d'un aéroport entre deux vols.
Installée dans Saint-Roch, la compagnie Medalist est née d'une idée de l'athlète Antoine Meunier, adepte de canoë-kayak, qui voulait aider d'autres athlètes qu'il avait connus par l'entremise de son agrégateur de blogues Sportcafé.ca (sportcafe.ca), à mettre en ligne leur carrière, leurs exploits et les dernières nouvelles les concernant sur les réseaux sociaux dans un même environnement. De cette manière, les athlètes peuvent gérer leur image de marque et donner plus de visibilité à leurs commanditaires.
En rencontrant Étienne Lemay, Rafaël Blais Masson et Tristan Duchaine L'Abbé de la compagnie Heliom (heliom.ca/fr) dans l'espace de travail partagé Abri.co, les quatre décident de s'associer pour lancer un concept facile à utiliser par n'importe quel athlète, habituellement plus enclin à comprendre les dédales de l'entraînement qu'à taper sur un clavier pour la programmation.
«Nous avons tout bâti de A à Z», soulignent les nouveaux partenaires d'affaires. «Nous voulions quelque chose de rapide à utiliser, bien que ce qui se passe derrière la page soit assez complexe. La simplicité d'utilisation n'empêche pas d'avoir un effet "wow!" qui met l'athlète en évidence. Cette simplicité, c'est aussi notre force de vente. Ces jours-ci, un athlète américain avait entendu parler de notre solution. Il nous a contactés pour voir ce que nous pouvions faire d'ici le début des Jeux de Sotchi. En quelques minutes, son site était prêt.»
Et cette simplicité, dira Antoine Meunier, c'est pour l'athlète pas très techno et qui a peu de temps pour les mises à jour, ou même pour sa mère (ou quelqu'un de son entourage) qui prendra le relais pour continuer à faire vivre le site au coeur des compétitions.
Site adaptatif
Les tests bêta ont commencé à la mi-décembre avec une quinzaine d'athlètes, dont les Québécois Mikaël Kinsbury, Jean-Philippe Le Guellec, Valérie Maltais, Muncef Ouardi et Ariane Lavigne. Actuellement, il y en a une trentaine qui seront à Sotchi et qui utiliseront notre technologie. Le site est du type adaptatif, de sorte qu'il s'ajuste si ont le consulte sur le Web, une tablette ou un téléphone.
En créant son compte, l'athlète peut lier le contenu de ses comptes Twitter, Facebook et Instagram à la page Web. Ainsi, il y aura toujours un contenu mis à jour au fur et à mesure que des photos ou des commentaires seront publiés par les partisans ou l'athlète lui-même.
L'autre étape sera de choisir l'image de la page d'accueil, puis d'ajouter les logos des commanditaires qui le soutiennent dans sa carrière. Il faudra entre 2 et 10 minutes pour que le site soit prêt. Quant aux mises à jour, elles sont aussi simples à gérer que la création du site.
Le site ne sera pas réservé qu'aux athlètes de haut niveau, mais aux amateurs qui veulent montrer leurs exploits au triathlon ou dans d'autres disciplines. Les prix actuels sont de 300 $ pour l'année ou de 35 $ par mois. Dans un avenir rapproché, l'équipe de Medalist ajoutera de nouvelles fonctions, notamment l'intégration simplifiée de la vidéo.