Pouvant être utilisé en français ou en anglais, l'outil Lexibar effectue la prédiction des mots du texte que l'utilisateur rédige à partir de la phonétique et de l'orthographe des mots.

Lexibar, un outil pour atténuer les troubles de l'écriture

Les fondateurs de Haylem Technologies, qui avaient mis au point l'appareil Lexidox pour les élèves ayant des troubles d'apprentissage de l'écriture et de la lecture, ont complètement transformé leur logiciel pour en faire un Lexibar qui s'intègre dans tout ce qui sert à écrire sur un ordinateur.
L'outil conçu pour les ordinateurs fonctionnant avec Windows est un logiciel spécialisé pour les élèves et les personnes souffrant de dyslexie, de dysorthographie, de dysphasie ou de dyspraxie. Il pourrait s'avérer très utile pour plusieurs élèves, alors que le retour en classe se fera d'ici environ un mois.
Lexibar est utilisé avec la collaboration des orthopédagogues dans les écoles, insiste Francis Haynes, fondateur de l'entreprise montréalaise. L'élève ou l'adulte qui connaissent des problèmes de lecture et d'écriture auront un outil d'aide qu'ils écrivent un texte ou un courriel, qu'ils clavardent ou ajoutent des informations sur leur mur Facebook ou dans d'autres réseaux sociaux. Il peut donc être utilisé en classe ou à la maison.
Pouvant être utilisé en français ou en anglais, l'outil Lexibar effectue la prédiction des mots du texte que l'utilisateur rédige à partir de la phonétique et de l'orthographe des mots. L'utilisateur peut aussi écouter ce qu'il est en train d'écrire en plus de faire lire d'autres textes sur le Web ou des courriels.
«Nous avons travaillé avec des spécialistes des troubles d'apprentissage pour en arriver à concevoir notre premier outil, explique M. Haynes. Nous avons poursuivi la même démarche avec Lexibar.»
Mille usagers par jour
Des écoles de 38 commissions scolaires utilisent l'outil commercialisé depuis 2013. Pour l'année scolaire 2014-2015,
M. Haynes note que Lexibar était utilisé en moyenne par 1000 usagers quotidiennement.
L'entreprise continue ses essais avec des orthopédagogues et des conseillers pédagogiques pour démontrer l'utilité de l'outil dans les cas de trouble d'apprentissage de la lecture et de l'écriture. On prête des licences aux professionnels et aux commissions scolaires pour développer des partenariats afin d'aider le plus d'élèves possible.
Le marché se développe tranquillement, mais l'entreprise continue de croître avec des ouvertures sur les marchés européens, notamment en Belgique et en France. De plus, pour 2015-2016, M. Haynes souhaite s'implanter dans les conseils scolaires francophones hors Québec.
Une version pour les systèmes d'exploitation des ordinateurs Apple est en cours de développement. Mais le projet des prochaines semaines est le déménagement des opérations de l'entreprise à Terrebonne, où ouvrira en même temps une clinique d'orthophonie qui, outre le volet thérapeutique, pourra servir à tester la technologie et les améliorations de Lexibar en temps réel.
La licence individuelle pour l'outil coûte 200 $. Les prix spéciaux varient pour les écoles et les commissions scolaires en fonction du nombre d'usagers et de postes.