Elon Musk, patron de Tesla et de Space X, est inquiet qu’à l’avenir les machines dopées à l’intelligence artificielle puissent finir par se lasser d’avoir affaire à des humains «lents et stupides».

L'entrepreneur futuriste Elon Musk se méfie... des machines

SHANGHAI — Elon Musk, le fantasque patron de Tesla et de Space X, a fait part jeudi en Chine de sa réticence à l’égard des nouvelles technologies au cours d’un débat sur l’intelligence artificielle, alors même qu’il ambitionne de créer un lien direct entre le cerveau humain et les machines.

Invité à débattre de l’avenir de l’intelligence artificielle lors d’un débat à Shanghai avec Jack Ma, l’emblématique patron du groupe de commerce électronique Alibaba, M. Musk a semblé prendre ses distances avec la technologie.

«Le rythme de progression des ordinateurs est dingue», a-t-il relevé, inquiet qu’à l’avenir les machines dopées à l’intelligence artificielle puissent finir par se lasser d’avoir affaire à des humains «lents et stupides».

«A défaut d’autre chose, l’ordinateur va s’impatienter. (Pour lui) ça sera comme parler à un arbre», a justifié Elon Musk face à Jack Ma qui, lui, voit au contraire l’intelligence artificielle comme «un progrès».

«Les ordinateurs sont peut-être intelligents, mais les humains le sont beaucoup plus», a estimé le multimilliardaire chinois, qui s’apprête à quitter la tête d’Alibaba. «Nous avons inventé les ordinateurs, mais je n’ai jamais vu un ordinateur créer un être humain».

La fusion personne-machine n’en demeure pas moins un très sérieux sujet de recherche pour Elon Musk.

L’homme d’affaires a présenté à la mi-juillet les avancées de sa start-up, Neuralink, qui ambitionne de relier directement et intimement le cerveau humain à l’ordinateur.