ARMS sur la Nintendo Switch est un jeu de combats, dans le style de la boxe, mais avec des élastiques, ou des ressorts, dans les bras. Le joueur est dans un monde imaginaire où les poings sont équipés d'arme offensive ou défensive, dans le genre d'un jet d'encre dans le visage qui cache les tactiques de l'adversaire.

Le combat à la saveur Nintendo

Lorsque j'ai installé ARMS sur la Nintendo Switch, je me souvenais des combats gagnés lors de la présentation de la console à Toronto en janvier. J'avais battu à plate couture un joueur qui me semblait expérimenté, mais il était moins rusé que le vieux joueur que je suis.
La ruse et la tactique dans ce jeu valent mieux que de foncer dans le tas, surtout lorsque le niveau de difficulté est plus élevé et que les armes ont des effets dévastateurs. 
Ce sont des combats dans le style de la boxe, mais avec des élastiques, ou des ressorts, dans les bras. Du combat fantastique, quoi! Rien de comparable à un combat de Georges Saint-Pierre ou de Lucian Bute. Le joueur est dans un monde imaginaire où les poings sont équipés d'arme offensive ou défensive, dans le genre d'un jet d'encre dans le visage qui cache les tactiques de l'adversaire.
Le jeu peut se joueur avec un adversaire réel près de soit sur un écran séparé, contre l'intelligence artificielle de la console, voire en ligne ce que je n'ai pas été en mesure de tester dans les derniers jours.
Les manettes Joy-Con en main, système gyroscopique aidant, il faut se lancer dans l'arène et mettre K.-O. son adversaire lui aussi équipé d'arme comme extension de ses poings. Dans les premiers combats, à un niveau de difficulté réduit pour me remettre en mémoire les tactiques et les techniques avec les différentes armes, je pouvais me lancer à corps perdu. Je testais les différentes combinaisons d'armes avec différents combattants.
Après quelques essais individuels, je me suis lancé dans l'aventure du championnat. Après 40 minutes de combats rapides, car en quelques minutes après deux KO on change d'adversaire et d'arène, j'avais chaud et un peu mal aux épaules. Je riais tout seul devant la télé.
Ce n'est pas une grande aventure qui nous tient collés sur la console pendant des heures, mais c'est un jeu de combat atypique le fun. Autant il est irréaliste, autant il est amusant en permettant de se vider l'esprit.
C'est le genre de jeu que je verrais bien pour m'amuser entre amis un soir de pluie ou un soir sans affrontement entre Crosby et Subban... Et il y a plein de modes possibles pour jouer seul contre les adversaires virtuels.
Amusant, déjanté à cause de ses personnages comme Spring Man, Ribbon Girl, Mechanica ou Master Mummy, et des actions multiples. Le tout mijoté dans le style très Nintendo juste pour le plaisir d'avoir du fun sans se trop se casser la tête. J'ai eu chaud, mais ça m'a permis d'avoir l'esprit plus clair pour finir mon rapport de réunion!
Le jeu sort en magasin le 16 juin et se vendra 80 $.
***
Mario Kart 8 Deluxe : l'art de courir pour le plaisir
Tout le monde ne peut être autour du circuit Gilles-Villeneuve pour voir rouler la F1, mais n'importe qui peut s'amuser avec <i>Mario Kart 8 Deluxe</i> et se prendre pour un vrai pilote de bolide.
Tout le monde ne peut être autour du circuit Gilles-Villeneuve pour voir rouler la F1, mais n'importe qui peut s'amuser avec Mario Kart 8 Deluxe et se prendre pour un vrai pilote de bolide.
La course n'a rien à voir avec les simulateurs de course, mais ça ne veut pas dire que c'est si facile à conduite un bolide de l'univers Nintendo. Non seulement les circuits sont nombreux et pleins d'embûches, mais les bolides sont modifiables lorsque l'on gagne des courses. Ce seront des pneus ayant une meilleure adhérence, plus rapide, mais plus sensible au dérapage, des ailes ou des ballons pour flotter plus longtemps dans les airs. Et le poids des véhicules entre en ligne de compte. Il faut bien évaluer les caractéristique de chacun, véhicule à quatre roues ou moto.
Mieux vaut faire plusieurs essais de véhicules et de configuration avant de se lancer dans les championnats les plus difficiles, car il n'y a pas que la vitesse, mais tout le reste des éléments influençant la conduite qui comptent. Comme dans la vraie vie quoi.
Sur les circuits, le joueur comme les adversaires gagneront des bonus de vitesse ou des malus pour les poursuivants pour les envoyer dans le décor : des bombes, des pelures de bananes, des boomerangs, des boucliers de protection.
C'est le genre de jeu que j'apprécie pour m'amuser sans me casser la tête, parce que le facteur fun est plus fort que le stress de gagner à tout prix.
Les décors sont toujours aussi colorés, et d'une grande beauté, dans la tradition Nintendo. Les effets du gyroscope en mode autonome avec les Joy-Con, la manette Switch ou la console en mode autonome donnent d'autres sensations en jouant au lieu de simplement appuyer sur des boutons ou des joysticks. C'est vraiment fait pour le plaisir de s'amuser et en plus on peut gagner des courses!
Le jeu a fait des malheurs dans les ventes le premier jour de la sortie, le 28 avril, avec 459 000 achats combinés en ligne ou en boîtiers de jeu dans les magasins aux États-Unis. 
Le jeu se vend 80 $.