Plusieurs études le confirment, on ne regarde plus la télévision comme dans les années 1970, lorsque toute la famille était assise devant le même écran. On la regarde en différé, sur notre ordinateur portable ou notre tablette, en twittant ou en commentant sur Facebook.

La webtélé et la musique en continu s'imposent

Près de 40 % des adultes québécois regardent la webtélé en 2015, c'est-à-dire qu'ils regardent ou téléchargent des émissions, des séries ou des films en ligne, selon une enquête dévoilée par le CEFRIO.
La webtélé gratuite est ainsi désormais utilisée par un adulte sur trois au Québec (32,8 % comparativement à 24 % l'an dernier), tandis que la webtélé payante, que l'on peut regarder à partir de plateformes comme Netflix ou iTunes, rejoint un adulte sur cinq (19,5 %).
La présence de la télévision connectée à Internet est également en hausse dans les foyers québécois: elle est désormais présente chez plus qu'un adulte sur deux (54 %, contre 40,8 % en 2014).
Écoute de la musique
Des changements ont également été remarqués du côté de l'écoute de la musique, alors que près d'un adulte sur trois est adepte de musique en lecture continue.
La musique en ligne en lecture continue est accessible sur des services comme Spotify, Songza ou Apple Music, et elle rejoint aujourd'hui 31,7 % des adultes (contre 24,9 % en 2014).
L'écoute de musique en lecture continue est particulièrement répandue chez les adultes de 18 à 44 ans.
Le nombre d'adultes québécois qui téléchargent de la musique demeure sensiblement le même comparé à 2013 (34 % contre 31,9 %).
Le volet «Divertissement en ligne» de l'enquête NETendances 2015 du CEFRIO a été réalisé à partir d'une collecte de données effectuée en 2015, au cours de laquelle 1000 adultes québécois ont été interrogés au téléphone. Les résultats ont été pondérés en fonction du sexe, de l'âge, de la région et de la langue des répondants afin d'assurer la représentativité de l'ensemble des adultes québécois. La marge d'erreur maximale, selon la proportion estimée, se situe à plus ou moins 3,1 pour cent pour la base des adultes et à plus ou moins 3,41 pour cent pour la base des internautes, et ce, 19 fois sur 20.