Le vice-président et directeur général d'Ubisoft Québec, Nicolas Rioux

Investissements de 28 millions chez Ubisoft Québec

Le studio Ubisoft Québec s'agrandit. La direction a annoncé jeudi matin des investissements de 28 millions $ pour les trois prochaines années avec la création d'une centaine d'emplois. Par le programme ESSOR, le gouvernement du Québec apporte son soutien via une contribution financière de 510 000 $, une entente signée à Davos en présence de la première ministre du Québec Pauline Marois.
Le nombre d'employés frôlera les 450 personnes. L'objectif est de renforcer les infrastructures de production et de recruter des créateurs pour diriger la production de jeux triple A de nouvelle génération.
Dans son dernier rapport annuel, la direction d'Ubisoft en France avait laissé savoir que le studio de Québec serait appelé à travailler sur de gros projets. Plusieurs sont d'ailleurs en chantier.
Lors du lancement de l'expansion Freedom Cry pour le jeu Assassin's Creed 4, Le Soleil soulignait qu'avec l'arrivée de François Pelland, il est possible d'imaginer que le studio du boulevard Charest pourrait reprendre la franchise d'Assassin's Creed pour la porter vers de nouveaux horizons. Cette franchise a vendu plus de 60 millions d'exemplaires du jeu depuis la sortie du premier titre en 2007.
«Depuis sa création en 2005, le studio d'Ubisoft à Québec a développé une forte expertise dans les technologies de pointe et dans la création d'univers en ligne, connectés et mobiles. Le studio a également collaboré sur des franchises phares du groupe telles que Assassin's Creed, Might & Magic et Prince of Persia», souligne le communiqué publié ce matin.
Yves Guillemot, cofondateur et président-directeur général d'Ubisoft, affirmait jeudi matin que l'entreprise était heureuse «de continuer à renforcer notre présence et notre expertise dans la ville de Québec avec l'aide du gouvernement. Ubisoft compte plus de 9000 talents dans le monde, dédiés à la création des meilleurs jeux de l'industrie. Notre studio à Québec a démontré sa capacité à gérer des projets d'envergure et c'est tout naturellement que nous lui confions aujourd'hui la production de jeux AAA nouvelle génération.»
Nicolas Rioux, vice-président et directeur général d'Ubisoft Québec, ajoutait: «Depuis son ouverture, le studio de Québec a collaboré à la production de près de 25 titres et emploie plus de 320 collaborateurs dont la créativité et l'innovation sont reconnues au sein de l'industrie.»
«C'est avec fierté que nous appuyons Ubisoft dans sa croissance au Québec. Le divertissement interactif est l'un des vecteurs importants de l'économie de la grande région de la capitale nationale et contribue au rayonnement du savoir-faire québécois à l'international», a indiqué la première ministre Marois.
*****
Dans la mire du dg
L'expansion du studio Ubisoft de Québec était dans la mire de Nicolas Rioux depuis quelques années et aussi dans les projets de la maison mère en France. L'entente signée jeudi matin enclenche donc une série de changements pour les trois prochaines années.
«Nous avons les moyens pour aller encore plus loin avec nos projets», affirme le vice-président et directeur général d'Ubisoft Québec. Les employés en place ont de l'expérience et ils ont développé une expertise avec les consoles de nouvelle génération en collaborant à plusieurs projets avec les autres studios d'Ubisoft à travers le monde, ajoute-t-il.
Malgré cette expertise, il lui faudra embaucher des gens capables de diriger des projets de grande envergure, des jeux triples A comme le sont les titres d'Assassin's Creed. Il pourrait y avoir des promotions à l'interne ou l'arrivée d'employés d'autres studios d'Ubisoft, mais l'annonce de l'investissement majeur rend le studio de Québec plus attrayant pour les talents étrangers dans les studios concurrents, affirme-t-il, de manière à compléter les équipes de production.
Outre la centaine d'emplois à venir, le studio devra être réaménagé. Il faudra des nouveaux équipements et probablement revoir la configuration du réseau informatique à haut débit pour répondre à la demande. Car, les nouvelles consoles PS4, Xbox One et Wii U s'oriente de plus en plus vers la connectivité sur le Web. Le monde du jeu touche lui aussi à l'univers de l'info nuagique.
Physiquement, le studio peut compter sur quatre étages pour loger tout son monde dans l'édifice du boulevard Charest. À court et à moyen terme, cela devrait être suffisant en théorie.
Ubisoft Québec sera-t-il le studio responsable de la franchise Assassin's Creed, comme le suggère la rumeur? Y aura-t-il des franchises à grand déploiement? Quels sont les titres sur lesquels les équipes sont en train de travailler? Des questions auxquelles M. Rioux préfère ne pas répondre pour des raisons de confidentialité et de concurrence. «Nous ne pouvons pas en parler pour l'instant», insiste-t-il, mais l'investissement annoncé permet de débloquer plusieurs options assurant l'avenir du studio de Québec.
*****
Un jeu AAA
Un jeu triple A se développe sur une période de 18 à 24 mois environ, parfois plus. Le budget de développement est plus élevé. Même si Nicolas Rioux ne veut pas révéler de secret, dans l'industrie du jeu on parle de montant variant entre 40 et 60 millions $. Il s'en produit une dizaine par année dans les grands studios du monde. Ce sont des jeux à grand déploiement qui seront vendus à plusieurs millions d'exemplaires comme Call of Duty, Grand Theft Auto, FIFA et Assassin's Creed par exemple.