Léo Carnaut-Delord et Philippe Dion étaient chez Ubisoft pendant que leur jeu Foundation était analysé par des testeurs de jeu vidéo.

Foundation passe l’épreuve d’Ubisoft

À une semaine de la fin de la campagne de sociofinancement sur Kickstarter, les cofondateurs du studio Polymorph Games, Philippe Dion et Léo Carnaut-Delord, ont dépassé leur objectif de 75 000 $. L’argent additionnel permettra d’assurer davantage les étapes de commercialisation de leur jeu Foundation.

Rencontrés dans les laboratoires de test du studio de jeu Ubisoft, les deux jeunes entrepreneurs se disaient bien contents d’avoir l’aide des experts et des mentors de ce géant de l’industrie du jeu vidéo pour peaufiner leur projet. Cette aide fait partie des services connexes à la bourse en argent du concours Catapulte remporté l’an dernier.

«La bourse nous a permis d’embaucher un artiste pour les décors de notre jeu», raconte Philippe Dion. «Mais le passage au laboratoire de test d’Ubisoft nous donne de la rétroaction importante par des joueurs sur la mécanique de notre jeu et le comportement général. Nous aurons droit aux commentaires des testeurs et à une analyse des données recueillies par les spécialistes du laboratoire.»

«Gagner le concours Catapulte a été pour nous une occasion formidable pour développer le jeu et assurer les bases de notre studio», estime Philippe Dion. Mieux encore, la crédibilité du concours Catapulte leur a permis d’avancer rapidement dans le montage financier pour faire croître leur jeune entreprise.

Pour les prochains mois, la petite équipe s’attèlera à ajouter du contenu à son jeu de type carré de sable. À la base, les deux programmeurs veulent redéfinir le jeu de construction. Foundation permet de bâtir une cité dans un univers médiéval sans les grilles comme celle que l’on connaît dans Sim City, The Settlers ou Pharaoh, par exemple. De plus, les édifices pourront être personnalisables, contrairement à ce qui se fait dans d’autres jeux semblables ayant des édifices identiques dans une catégorie donnée.

Parmi les autres particularités du nouveau jeu, il se produira des événements aléatoires selon l’évolution du village ou de la ville. Il y aura du commerce avec des villages voisins généré par le système.

Cependant, le joueur devra réagir si le roi augmente les impôts pour préparer une guerre, ou si une épidémie de peste ou de choléra, voire un incendie, décime la population. Ce seront les actions du joueur, ou ses inactions, qui détermineront la suite des événements.

Version finale avant la fin de 2018

La phase alpha du jeu sera distribuée à un petit groupe privé en avril, explique Léo Carnaut-Delord. La version bêta publique devrait être offerte d’abord aux contributeurs de la campagne Kickstarter en août. Les commentaires et les suggestions d’amélioration lors de ces deux prochaines étapes mèneront à la version finale commercialisée sur PC et la plateforme de distribution de jeux Steam avant la fin de l’année 2018.

Par ailleurs, le laboratoire d’analyse d’Ubisoft Québec est toujours à la recherche de joueurs pour tester des jeux vidéo. Les détails sont à cette adresse : quebec.ubisoft.com/fr/playtest/