Éditiö est aussi un personnage dont on peut lire l'histoire dans la page d'accueil du site de l'entreprise.

Éditiö: quand la technologie fait voyager les histoires

En créant la maison d'édition Éditiö en juillet dernier, Diane Pageau voulait une entreprise tournée vers le Web 2.0 dans un univers interactif où vivraient les récits, les illustrations, la narration et la technologie dernier cri pour la publication numérique et les publications en papier.
En plus des versions en papier, la maison d'édition publie ses titres dans les formats ePub, MOBI et MOTTO. «La technologie MOTTO, raconte Mme Pageau, est une technologie québécoise développée par la compagne NTEO, et qui nous permet de créer nos livres interactifs. Il y a donc le récit qui est narré avec les illustrations en mode coloriage ou casse-tête. Nous travaillons aussi à la version ePub 3 et une version du PDF interactif.»
L'intention, souligne-t-elle, est de diversifier les plateformes numériques pour rejoindre les différentes clientèles et que l'histoire vive de la meilleure façon pour les jeunes lecteurs.
Les titres sont distribués à travers le monde par l'entremise de l'entrepôt numérique mis au point par l'entreprise De Marque de Québec. «Nos livres sont sur Amazon, Sony, Kobo, Appel et dans toutes les grandes surfaces, précise-t-elle. Je travaille dans l'édition depuis plusieurs années et, en 2013, j'ai pu m'associer à deux partenaires qui venaient compléter le projet de cette nouvelle maison d'édition.»
En décembre, pour son premier lancement, Éditiö a lancé 44 titres en trois langues et en quatre formats qui donnaient 528 codes ISBN pour la distribution. En peu de temps, elle avait trouvé des auteurs, des illustrateurs, des narrateurs et des traducteurs pour concrétiser le rêve qu'elle caressait depuis des années.
Une cinquantaine de personnes ont mis la main à la pâte pour arriver au lancement de tous ces titres sept mois après la fondation de l'entreprise et un investissement de départ de 250 000 $, sans prêts ni subventions. Tout le monde n'est pas à plein temps dans l'entreprise en démarrage, mais la croissance viendra avec le temps.
«Nous publions systématiquement en plusieurs langues, continue-t-elle. Le français est la langue d'origine pour l'instant. Mais nous avons un projet avec des autochtones. Nous prendrons les récits que nous publierons en innu et nous les traduirons dans les autres langues. Notre intention demeure d'aller le plus loin possible dans les technologies, les langues et les récits. Dans notre modèle d'affaires, à partir du moment où nous misons sur le numérique nous pouvons publier facilement dans différentes langues partout sur la planète.»
Les premières collections sont offertes en français, anglais, espagnol, italien et portugais. Des versions en allemand, russe, japonais, mandarin, coréen, vietnamien, grec et arabe suivront en 2014. «C'est le fun de voir qu'un livre écrit par une jeune de Chibougamau se retrouve au Royaume-Uni ou en Australie», poursuit-elle.
Pour les voix francophones de la narration, Mme Pageau est allée chercher Claire Pimparé et Paul Sarrasin. Il y a même un site Web www.editio.ca.
L'objectif de la prochaine année est de publier 30 titres par trimestre, soit 120 titres pour l'année dans quatre ou cinq langues et dans quatre ou cinq formats différents. Pour l'instant, l'entreprise a lancé des titres pour la littérature jeunesse pour les jeunes de 4 à 12 ans.
Éditiö est aussi un nouveau personnage créé pour représenter la maison d'édition, dont on peut lire l'histoire dans le site sur la page d'accueil.
Sa vision d'affaires, dira-t-elle, c'est de rejoindre les jeunes par la littérature, par de beaux textes autant pour la détente que pour faire réfléchir et faire surgir des réflexions et des discussions.