L’apprentissage machine tient le haut du pavé des prédictions annuelles pour le Canada

Des machines en apprentissage intensif

Ceux qui doutent du développement de l’intelligence artificielle et des machines capables d’apprendre devront refaire leur devoir avec les nouveaux éléments d’analyse du groupe Prédictions du secteur Technologies, médias et télécommunications (TMT) de Deloitte.

Avec l’utilisation du téléphone multifonction, l’apprentissage machine tient le haut du pavé des prédictions annuelles pour le Canada dévoilé mardi. Et les prévisions abordent même l’allergie publicitaire des milléniaux.

Selon Deloitte, cet «apprentissage machine s’intensifiera au sein des moyennes et grandes entreprises, faisant ainsi doubler le nombre de mises en œuvre et de projets pilotes ayant recours à cette technologie en 2018 comparativement à l’an dernier, nombre qui doublera encore d’ici 2020». Cette technologie de l’intelligence artificielle permet au système des machines d’apprendre et de s’améliorer par l’expérience sans avoir à être reprogrammée.

Même si ce mode de fonctionnement n’est pas omniprésent pour l’instant, Deloite prévoit que cela améliorera on seulement la technologie, mais aussi le service à la clientèle.

«Cette année est un point de bascule où l’adoption de l’apprentissage machine par les entreprises est en passe de s’accélérer et d’aider ces dernières à accroître leurs activités en travaillant plus rapidement et de façon plus souple plutôt qu’en remplaçant leurs employés», affirme Massimo Iamello, leader du secteur Technologies, médias et télécommunications au Québec chez Deloitte.

Les téléphones

Si les téléphones multifonctions dits intelligents sont utiles, ils sont aussi une source de distraction. Selon l’analyse, d’ici la fin de 2023, «plus de 90 % des adultes canadiens auront un téléphone intelligent». Les interactions seront en moyenne de 65 fois par jour en 2023 en augmentation de 20 % par rapport à 2018. Les ventes devraient atteindre 1,85 milliard d’unités par année d’ici 2023.

Parmi les constats, on note que «39 % des adultes s’inquiéteront de l’utilisation excessive de leur téléphone, et 43 % tenteront d’y avoir moins recours. Les 18 à 24 ans seront les plus préoccupés à près de 66 %. Pour la majorité des Canadiens, le téléphone ne les empêche pas de dormir : plus de 60 % le laissent de côté la nuit».

Le virage vers les réseaux mobiles va en grandissant. «Deloitte prédit que 25 % des Canadiens ayant un accès internet obtiendront toutes leurs données à domicile à partir des réseaux cellulaires mobiles en 2018, comparativement à seulement 20 % des Américains. D’ici 2022, le pourcentage de Nord-Américains qui accèdent à internet au moyen de données sans fil à domicile pourrait atteindre de 30 à 40 % à cause de la technologie 5G».

Allergies publicitaires

Le groupe de recherche note aussi une montée des blocages publicitaires du côté des milléniaux enclins aux «allergies publicitaires». C’est le cas de 10 % des États-uniens, de 6 % des Canadiens, avec des résultats de 11 % chez les Canadiens de 18 à 34 ans.

Du côté de la télévision traditionnelle, le taux de visionnement diminuera chez les 19 à 24 ans de 5 à 15 % au Canada et aux États-Unis pour les deux prochaines années. Au Canada seulement la baisse serait sous les 10 %. Pour les médias numériques, les prévisions soulignent que les consommateurs seraient disposés à payer pour du contenu de sorte que d’ici 2020, il y aurait plus de 680 millions d’abonnements numériques.Le rapport complet est à cette adresse : tinyurl.com/y9j3k5gv