Gabriel Richard (deuxième dans la rangée du bas), directeur de projet, et quelques membres de son équipe du studio Gearbox Software qui ont conçu le mini-jeu vidéo <em>Borderlands Science</em>.
Gabriel Richard (deuxième dans la rangée du bas), directeur de projet, et quelques membres de son équipe du studio Gearbox Software qui ont conçu le mini-jeu vidéo <em>Borderlands Science</em>.

Borderlands Science: comment aider les scientifiques tout en jouant

Peut-on contribuer à la science tout en s’adonnant à un jeu vidéo? La réponse es t: oui. Le studio Gearbox Software de Québec a conçu un mini-jeu vidéo qui aide à résoudre des séquences d’ADN, qui seront utilisées dans les recherches afin de cartographier le microbiote intestinal humain.

L’équipe de Gearbox Studio Québec, avec à sa tête Gabriel Richard, a créé le mini-jeu Borderlands Science, qui est inclus avec Borderlands 3 — un jeu de tir à la première personne de Gearbox Software et 2K vendu à plus de 10 millions d’exemplaires depuis sa sortie l’an dernier.

S’inscrivant dans une initiative de science citoyenne, le but de Borderlands Science est de résoudre le plus de casse-tête qui aideront à décoder le microbiote intestinal humain. Les joueurs obtiennent par la suite des récompenses qui seront utiles dans le jeu Borderlands 3, selon leur degré de participation et le nombre de casse-tête résolus.

À ce jour, les joueurs de Borderlands Science — ils sont plus de 700 000 dans le monde entier — ont réussi à résoudre plus 36 millions de casse-tête en un mois, soit environ 1,2 million de casse-tête par jour. M. Richard attribue ce succès «à l’échelle unique» du bassin d’utilisateurs du jeu Borderlands 3.

«L’équipe de recherche de [l’Université] McGill avec laquelle on a travaillé avait un projet similaire, le projet Phylo, qui avait eu un certain degré de succès», explique le directeur du projet. «À peine 24 heures après la sortie du projet Borderlands Science, on avait déjà obtenu plus de réponses qu’eux ont eu pendant 10 ans de travail sur le projet Phylo. On est vraiment dans une autre ligue. On avait franchi il y a quelques semaines le cap des 20 millions de puzzles solutionnés par les joueurs, ce qui représentait un bond d’environ 200 ans dans la collecte de données.»

Selon les informations fournies par Gearbox, près de 250 000 nouveaux joueurs de Borderlands Science ont rejoint le programme au cours des deux dernières semaines.

Dans <em>Borderlands Science</em>, l’ADN de chaque microbe intestinal est codé sous la forme d’une chaîne de briques de quatre formes et couleurs différentes. Les joueurs doivent connecter ces formes colorées pour aider les scientifiques à évaluer les similitudes entre chaque microbe.

Succès «inespéré»

Ce succès a surpris l’équipe de recherche de McGill qui «ne s’attendait pas à un succès aussi retentissant», selon M. Richard. «Dans notre plan de communication, on se disait que notre premier pas pour célébrer qu’on le ferait au premier million de puzzles. On s’était dit que ça allait arriver dans un mois... C’est arrivé à peine quelques heures après la sortie du projet.» Un succès «inespéré», ajoute-t-il.

Même si Gearbox est une firme texane, le studio de Québec est «100 % indépendant», de dire M. Richard. «On avait la bénédiction du studio du Texas et surtout du propriétaire de l’entreprise, Randy Pitchford, qui lui a toujours rêvé de faire un tel projet de science citoyenne. Il était à la recherche d’opportunités pour que ça se manifeste.»

Un appel à tous a été fait au studio de Québec et Gabriel Richard «a levé la main» pour y participer. D’autres programmeurs et artistes l’ont suivi et ont conçu un jeu qui propose des casse-tête pouvant être résolus entre 10 et 60 secondes. Borderlands Science est un «jeu réactif», mais qui «préserve l’aspect scientifique».

Le projet Borderlands Science n’est pas nécessairement une première dans le monde de la science citoyenne, si bien que cette dernière peut sembler nouvelle pour bien des gens. «[Avant nous], un studio islandais, CCP, a produit aussi des jeux vidéo qui font aussi dans la science citoyenne. CCP développe une série de jeux vidéo qui est très populaire, qui s’appelle EVE Online et qui est essentiellement un jeu de science-fiction, dans lequel ils ont décidé d’intégrer des jeux de science citoyenne. En fait, ils en ont fait deux qui ont beaucoup de succès auprès de la communauté de leurs joueurs», raconte M. Richard.

Dans cette aventure et en plus de l’équipe de l’Université McGill, Gearbox Software travaille aussi avec des chercheurs et des scientifiques de Massively Multiplayer Online Science (MMOS) et de The Microsetta Initiative à la Faculté de Médecine l’Université de Californie à San Diego.

En guise de rappel, le microbiote intestinal humain est l’ensemble des micro-organismes qui aident à la digestion. Un dérèglement de celui-ci peut mener à des maladies intestinales chroniques, dont la maladie de Crohn ou le cancer colorectal.