À 4,4 %, le taux de chômage dans la RMR de Québec demeure encore une fois le plus bas au Canada parmi les plus importantes agglomérations urbaines.

Taux de chômage: du jamais-vu depuis 1976

Alors que le taux de chômage en novembre au Québec affichait 6,2 % dans la Belle Province - du jamais-vu depuis 1976 -, il chutait de 4,7 % à 4,4 % dans la région métropolitaine de recensement (RMR) de Québec.
Au Canada, le taux de chômage baissait aussi. De 7 % à 6,8 %.
Dans l'ensemble du pays, il s'est créé 10 700 emplois en novembre, selon les données publiées vendredi par Statistique Canada à partir de l'Enquête sur la population active.
Au Québec, la croissance du nombre d'emplois par rapport à octobre atteignait 8500.
1000 emplois dans la région
Et dans la RMR de Québec, qui couvre essentiellement le territoire des villes de Québec et de Lévis, 1000 nouveaux emplois ont été créés le mois dernier. Le taux d'emploi affiche maintenant 65,9 %.
À 4,4 %, le taux de chômage dans la RMR de Québec demeure encore une fois le plus bas au Canada parmi les plus importantes agglomérations urbaines.
«La majorité des emplois ont été créés dans le secteur des services, une tendance qui s'observe depuis le mois de juin», indique Louis Gagnon, économiste principal chez Québec International en précisant que le marché d'emploi dans la RMR de Québec était en croissance pour un sixième mois consécutif.
«Considéré comme pilier économique régional, ce secteur continuera de prendre de l'expansion dans les prochains mois. Quant à l'industrie manufacturière et au marché de la construction, le mois dernier a laissé entrevoir des signes d'amélioration», fait observer M. Gagnon.
«Décidément, le marché du travail au Canada affiche une progression étonnante depuis quelques mois avec quatre gains consécutifs. Au total, une création de 148 000 emplois est observée depuis le mois d'août», souligne Benoit P. Durocher, économiste principal au Mouvement Desjardins.
Même si les données de l'emploi sont réputées pour être très volatiles, force est de constater que la persistance des gains se fait de plus en plus sentir sur la tendance du marché du travail», ajoute-t-il en signalant que la progression plus rapide du marché du
travail depuis quelques mois concordait avec une croissance économique qui est aussi «plus robuste».