La région métropolitaine de Québec est devenu le premier Centre zone franche.

Tarifs douaniers: répit pour les entreprises de la région de Québec

Les entreprises de la région métropolitaine de Québec obtiendront un petit répit sur leur finance. Québec et Lévis deviendront une zone franche.
En septembre 2016, Québec International avait confirmé au Soleil avoir entrepris des démarches avec l'objectif d'obtenir une zone franche dans la capitale d'ici 2018. C'est maintenant chose faite. Mercredi, une conférence de presse est prévue au Terminal de croisières de Québec en compagnie du ministre du Commerce international, François-Philippe Champagne, et des responsables de Québec International pour faire l'annonce.
Selon le site du fédéral, une zone franche est une accréditation du gouvernement permettant aux compagnies, peu importe leur taille et leur domaine d'affaires, de profiter de plusieurs avantages fiscaux, entre autres un allègement de taxes et une exonération de droits de douane. Les entreprises peuvent entreposer ou assembler dans la zone en question leurs produits à moindre coût avant d'exporter la marchandise ou de la vendre sur le marché québécois. Pour une ville, une zone franche agit également comme un outil pour attirer de nouveaux investisseurs étrangers dans la région.
À l'échelle planétaire, la majorité des pays industrialisés possède des zones franches, notamment en Europe, aux États-Unis et en Asie. Au Canada, on compte actuellement huit zones, entre autres à Winnipeg, à Edmonton, à Niagara et à Calgary. Le 31 juillet dernier, le fédéral a annoncé la création d'une zone franche dans la région de Windsor-Essex en Ontario.
À titre de comparaison, au pays de Donald Trump, on dénombre plusieurs centaines de zones franches. Pour la province de Québec, il s'agit d'une première accréditation du genre. Le premier Centre zone franche au pays avait été lancé en 2009 au port intérieur de CentrePort Canada à Winnipeg. 
Québec International n'a pas voulu ni confirmer ni infirmer nos informations. L'organisme agirait comme coordonnateur auprès des entreprises désirant participer aux programmes en lien avec l'accréditation.