Sylvie Bougie, en plus d’être avocate en droit des affaires, est associée dans l’entreprise KRWN, qui possède plusieurs salons de barbier, dont un dans Saint-Roch, et une gamme de soins capillaires pour hommes.

Sylvie Bougie: le droit des affaires, sans se casser la tête

Les aspects légaux du monde des affaires peuvent rapidement devenir rebutants, même pour les entrepreneurs les plus aguerris. Pour Me Sylvie Bougie, pas question de faire compliqué quand on peut faire simple.

Un langage direct, des exemples concrets, quelques anecdotes personnelles : ce sont là les ingrédients de son deuxième livre, Maximiser la valeur de son entreprise. Avec Éviter les pièges en affaires, son premier ouvrage, elle s’attardait surtout aux nombreux écueils dans le démarrage d’une entreprise. Maintenant, elle veut plutôt s’adresser aux gens qui bâtissent leur entreprise, ou ceux qui cherchent à la vendre.

«L’idée, c’est de semer des graines dans l’esprit des gens», résume simplement l’énergique avocate en droit des affaires. Elle raconte avoir failli lâcher le domaine, après quelques années de pratique en cabinet après ses études. Il lui a fallu se réapproprier le contact avec les clients en créant sa propre entreprise, Vigi services juridiques, basée à Québec, pour trouver son bonheur. 

Au cœur de sa mission : vulgariser le droit des affaires, pour éviter que ses clients ne commettent des erreurs couteuses. «Je ne suis pas quelqu’un qui utilise des mots compliqués dans la vie de tous les jours», argue-t-elle. Et ce n’est pas dans ses livres qu’elle va commencer, assure-t-elle.

L’importance de l’écrit

Dans Maximiser la valeur de son entreprise, Me Bougie insiste en première partie sur l’importance de coucher par écrit tout contrat, convention, entente. Finie, la confiance qui repose sur une poignée de main. «J’ai vu des histoires d’horreurs liées à ça. Tu ne sais jamais ce qui peut arriver, un décès, une invalidité, un renvoi…», opine-t-elle. 

Elle aborde aussi des thèmes qui sont particulièrement intéressants à l’heure où la pénurie de main-d’œuvre rend la vie des entrepreneurs difficile. Certaines stratégies, comme le partage de l’actionnariat et les bonis, gagnent à être appliquées, mais encore là, pas n’importe comment, prévient-elle.

L’ouvrage s’attarde aux opérations de franchisage, sur lesquelles persistent plusieurs mythes. «Il y a beaucoup de façons de faire des franchises, on peut vraiment faire ça à son image», insiste l’avocate originaire de la Beauce.

Ses chapitres courts sont entrecoupés de conseils, d’exemples et d’expériences personnelles. Des expériences puisées dans sa carrière de conseillère, mais aussi de femme d’affaires, car elle est associée dans la compagnie KRWN, qui possède plusieurs salons de barbier à travers la province et une gamme de produits capillaires pour hommes. 

Sylvie Bougie a transformé son lancement de livre, le 25 septembre, à 17h30 au D’Auteuil, en un évènement sur la thématique des «galères, déboires et autres mésaventures entrepreneuriales». Elle y fera participer, entre autres, trois conférenciers-entrepreneurs de la région. «On apprend beaucoup par l’exemple», pense fermement l’avocate.