Swoop, le transporteur à très bas prix de WestJet, sur le point de prendre son envol

MONTRÉAL - Le transporteur à très bas prix Swoop, une filiale de WestJet, est prêt à décoller.

Le premier avion rose et blanc de la compagnie s’envolera mercredi depuis Hamilton, en Ontario, à destination d’Abbotsford, en Colombie-Britannique.

Le transporteur aérien est dirigé par l’Australien Steven Greenway, qui est un ancien patron des transporteurs Peach, Virgin Blue, Virgin Atlantic et Qantas.

Swoop et des rivales comme Flair Airlines essaient de séduire les millions de voyageurs canadiens qui traversent la frontière pour se rendre aux aéroports de Buffalo et de Plattsburgh, dans l’État de New York, et de Bellingham, dans l’État de Washington.

Swoop affirme que ses billets coûteront de 30% à 40% moins cher que ceux d’un transporteur national. Il croit être en mesure d’atteindre la rentabilité en réduisant ses coûts de main-d’oeuvre, en entassant 189 personnes à bord d’un Boeing 737-800 et en attirant les voyageurs qui évitent normalement les déplacements aériens en raison du coût élevé.

M. Greenway s’attend à voir la concurrence s’accentuer fortement dans les 12 prochains mois.

La ligne Canada Jetlines se prépare à se lancer sur le même marché que celui de Swoop et de Flair, soit celui des transporteurs qui offrent de très bas prix pour leurs billets. À ces tarifs s’ajoutent cependant d’importants frais auxiliaires pour tout le reste, des bagages enregistrés ou de cabine jusqu’aux boissons offertes en vol.

Au final, les prix totaux d’un voyage en avion avec Swoop devraient être inférieurs de 30% à 40% à ceux de WestJet, a estimé l’entreprise.

Le secteur du transport aérien n’a pas connu beaucoup de succès au Canada: Jetsgo, Tango, Canada 3000 et Roots Air ont tous cessé de voler par le passé.

Cependant, le Canada est le seul pays du G7 à ne pas avoir d’authentique transporteur à très bas prix, un modèle d’affaires qui a connu du succès en Europe, en Australie et aux États-Unis, a souligné l’analyste Chris Murray, de la firme AltaCorp Capital.

M. Murray estime que le marché à très bas prix pourrait traiter 10 millions de passagers par année, soit assez pour faire voler jusqu’à 50 avions. Ce service est particulièrement adapté aux vols de loisir à destination de Las Vegas, en Arizona, et en Floride, a-t-il affirmé.