Yann Rousselot-Pailley fait partie de la vingtaine d'entrepreneurs qui prendront la mer avec le capitaine Georges Leblanc (à gauche) dans une aventure qui devrait les former à être de meilleurs dirigeants dans leur entreprise respective.

Sur la mer comme en affaires

Diriger une entreprise et participer à une traversée de l'Atlantique en voilier entre Québec et Saint-Malo, ça se ressemble, affirme Yann Rousselot-Pailley, associé fondateur chez Présent Profit Solutions (2PS). La comparaison n'est pas futile puisque l'homme d'affaires s'apprêtait à prendre la mer jeudi matin avec une vingtaine de collègues du monde des affaires.
Pour lui, la voile, c'est la métaphore de l'entreprise qui doit naviguer dans les courants économiques pas toujours stables, à travers des vents de changement parfois contraires, sous un temps pas toujours favorable, et au sein d'une équipe à laquelle il faut s'adapter. 
De même, il faut faire confiance aux associés et aux employés comme on devra faire confiance aux équipiers du voilier pour faire ce qu'il faut au moment où il le faut.
«Comme nous l'a répété souvent le capitaine du voilier, Georges Leblanc, il n'est pas toujours nécessaire de déployer une grande force lors d'une manoeuvre, continue Yann Rousselot-Pailley. Un ajustement de la voile sera plus facile à effectuer en changeant légèrement la direction du voilier. C'est la même chose comme dirigeant d'entreprise. Il faut faire des ajustements fins au bon moment et au bon endroit pour garder le cap avec la compagnie.»
Pour lui, sur le voilier comme à la tête d'une compagnie, il faut que la direction et les employés puissent se faire confiance et se soutenir les uns les autres afin de terminer le parcours.
Préparation de 14 mois
Et pas question, dans un cas comme dans l'autre, de se lancer à l'aveuglette. Aussi, au cours des 14 derniers mois, une vingtaine d'entrepreneurs, des dirigeants de PME et de grandes entreprises ont suivi une préparation méticuleuse pour ce défi Destination 2014 qui mènera l'équipe Alpha en partance mercredi de Québec vers Saint-Malo, en Bretagne, alors que l'équipe Delta fera le chemin inverse au début du mois d'août.
«Aujourd'hui, c'est l'examen final de cette préparation. Il ne s'agit pas simplement de terminer un exercice, mais de réussir une expérience dans la confiance, dans l'intégrité et le dépassement de soi en pouvant se dire que cela en valait vraiment la peine», soulignait en conférence de presse, avant le départ, Gilles Barbot, président du Groupe Esprit de Corps, qui a organisé cette première aventure en mer pour les dirigeants d'entreprise. Le voilier devait partir à 15h, mais un problème administratif qui n'a pas été précisé aurait causé le retard forçant le report du départ de quelques heures.
Parmi les participants, certains savaient à peine nager. D'autres avaient peu ou pas d'expérience en navigation. Ils ont dû tout apprendre: la navigation, les manoeuvres, le gréement, la météorologie, même les coutures sur les cordages.
Spécialisé dans la formation aux techniques de management en s'inspirant du monde du sport, le Groupe Esprit de Corps veut créer des habitudes de performance et susciter l'engagement des équipes de travail dans les entreprises. Pour cela, les dirigeants doivent développer des habitudes de vie saine, être en forme pour être performant afin d'être des leaders mobilisateurs, affirme M. Barbot.
Et la traversée à la voile avec un objectif de performance, c'est le summum de l'expérience d'apprentissage pour diriger dans un esprit de confiance et de solidarité, évalue-t-il.
Cette traversée devrait durer moins de deux semaines à l'aller et au retour, estime Georges Leblanc, qui sera capitaine du voilier de 60 pieds pour les deux équipes. Pour lui, cette traversée forge les caractères dans un espace où les équipiers apprennent à se connaître, à vivre le moment présent, à faire face aux contraintes et aux situations imprévisibles dans un climat d'humilité.