Le fondateur et ex-président du conseil d'administration de la SDC Maguire, François Joyet, souhaiterait voir aménagé sur le stationnement de la rue Maguire un immeuble de quatre étages de logements locatifs, des commerces au rez-de-chaussée et trois étages de stationnements souterrains.

Stationnement sur Maguire: une occasion de consulter, dit Shoiry

Sans donner d'appui comme tel au projet de François Joyet pour l'avenue Maguire, le chef de l'opposition Paul Shoiry y voit la preuve que les idées qui émanent de partout ont leur place et qu'il faut une plus vaste consultation sur l'avenir de cette artère de Sillery.
«Il a le mérite de proposer quelque chose. Et ça fait partie du débat que je voudrais qu'on lance», a commenté M. Shoiry. 
Le conseiller de Démocratie Québec, qui a été maire de Sillery de 1994 à 2001, estime que ce stationnement situé entre le complexe Le Beaubourg et la caserne de pompiers représente une «opportunité en or» d'inclure les citoyens dans la discussion.
Encore plus, dit-il, au moment où la Ville de Québec souhaite abolir les référendums et consulter davantage «en amont».
Le Soleil dévoilait mercredi le projet du fondateur et ex-président du conseil d'administration de la SDC Maguire, François Joyet. Maquettes numériques à l'appui, le propriétaire du Bagel Maguire Café propose une vision qui, dit-il, «répond à l'équilibre urbain et à ce que tout le monde recherche».
Objectif avoué
Son objectif avoué en rendant publique cette démarche parallèle est de «forcer une discussion avec la Ville», dit celui qui craint de voir un projet imposé.
M. Joyet souhaiterait voir aménagé sur le stationnement un immeuble de quatre étages de logements locatifs, des commerces au rez-de-chaussée et trois étages de stationnements souterrains. Une place publique serait aménagée du côté ouest.
Dans le programme particulier d'urbanisme de 2013, on prévoit plutôt un immeuble de quatre étages avec des condos, mais un seul étage de stationnement souterrain. 
C'est trop peu de cases pour un secteur qui a besoin de stationnement, estime M. Joyet.
Ce dernier était aussi très critique relativement à la place publique éphémère inaugurée la semaine dernière la bibliothèque Charles-H.-Blais. «On est arrivés avec ça, pouf!, alors qu'il n'y a jamais eu discussion là-dessus au conseil d'arrondissement», avait lancé l'homme d'affaires.
À la Ville de Québec, la vice-présidente du comité exécutif responsable de l'aménagement, Julie Lemieux, n'a pas commenté la proposition de François Joyet.
Le Soleil a tenté sans succès de joindre la SDC Maguire mercredi.