Dans une entrevue avec La Presse, la propriétaire Annie Bellavance a confirmé que certaines succursales de Souris Mini n’étaient plus rentables.

Souris Mini se place à l’abri de ses créanciers

Si le détaillant Souris Mini se retrouve aujourd’hui à l’abri de ses créanciers, «c’est de la faute aux propriétaires de centres commerciaux», affirme la copropriétaire de la bannière québécoise.

À quelques jours du temps des Fêtes, l’entreprise spécialisée dans les vêtements pour enfants s’est placée le 1er décembre sous la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies. Ses dettes sont de l’ordre de 17,8 millions $.

«Le plus gros problème dans l’entreprise est la rentabilité par rapport à nos baux commerciaux», indique la fondatrice, Annie Bellavance, précisant qu’elle a tenté de faire bouger les choses depuis deux ans, mais en vain. «Nous sommes pris avec des baux pour encore cinq ans. Des ententes que nous avons signées il y a quatre ou cinq ans alors que l’industrie allait mieux. Notre loyer est beaucoup plus élevé que la moyenne d’aujourd’hui», poursuit celle qui est propriétaire de la chaîne avec son conjoint Steeve Beaudet.

La femme d’affaires avance que la moitié de ses propriétés — l’entreprise détient 29 boutiques au Québec et en Ontario, dont six dans la grande région de Québec — ont des baux trop élevés. Elle n’est toutefois pas en mesure de dire pour le moment combien d’établissements pourraient fermer leurs portes dans le cadre du plan de restructuration. La direction souhaite miser davantage sur le Web où les ventes explosent depuis des mois.

«Nous ne sommes pas en difficulté financière. Au contraire, notre chiffre d’affaires n’a pas diminué. Nos ventes vont bien. C’est vraiment au niveau des loyers. C’est un coût qu’on ne peut pas contrôler. Là, on va pouvoir renégocier nos baux», dit Mme Bellavance. «Il faut que les propriétaires de centres commerciaux réalisent que le marché n’est plus le même. C’est une nouvelle réalité», poursuit-elle. Cette dernière souhaite exploiter le concept de boutique éphémère au cours des prochains mois à l’extérieur de la province.

Selon des documents déposés en Cour supérieure du Québec par le syndic Richter, ce sont les trois divisions du groupe qui se retrouvent à l’abri des créanciers, soit Souris Mini Inc., Les Boutiques Souris Mini Inc. et Souris Mini International Inc. Ensemble, ils doivent de l’argent à près de 140 créanciers.

Du nombre, il y a cinq créanciers garantis : BDC Capital (5,5 millions $), HSBC Bank Canada (4,7 millions $), BDC (3,8 millions $), HSBC Bank Canada (50 487 $) et ZZUS Exchange (14 580 $). À ces cinq créanciers garantis, Souris Mini, Les Boutiques Souris Mini et Souris Mini International, doivent donc un peu plus de 14,2 millions $.

La liste de créanciers non garantis comprend 133 noms. Ils risquent de perdre un peu plus de 3,5 millions $.

Parmi les créanciers non garantis, il y a le Fonds de solidarité FTQ. Sa créance s’élève à 2,2 millions $. Rappelons qu’en 2015, le Fonds de solidarité FTQ avait investi 6 millions $ dans l’entreprise Souris Mini afin de l’aider à prendre de l’expansion. Le plan de croissance de l’entreprise devait permettre la création de 60 emplois dont 30 à son siège social de la rue Esther-Blondin à Québec et 30 dans son réseau de boutiques. De nouveaux commerces devaient aussi ouvrir leurs portes à Toronto, à Calgary et à Vancouver.

Les noms de plusieurs propriétaires de centres commerciaux apparaissent à la liste des créanciers non garantis. Parmi eux, Ivanhoe Cambridge (82 192 $), Primaris Management (36 314 $), OPGI Management (29 707 $), Rosemere Centre Properties (29 456 $), Fonds de placement immobilier Cominar (26 723 $), Les Galeries Chagnon (23 290 $), Les Galeries d’Anjou (22 754 $), Groupe Immobilier Desjardins (20 615 $) et Les Galeries de la Capitale (18 385 $).

Souris Mini, Les Boutiques Souris Mini et Souris Mini International doivent également un peu plus de 60 000 $ à Deschamps Impression, 44 879 $ à Nationex, 33 221 $ au Receveur général du Canada et 26 930 $ à la Société canadienne des postes.

La compagnie a 30 jours pour présenter son plan de relance.

La compagnie d’Annie Bellavance (photo) et de son conjoint Steeve Beaudet prépare un plan de restructuration qui devrait comprendre la fermeture de magasins.

Important virage

Cet automne, la chaîne de magasins pour petits avait entamé un virage important dans son histoire en se lançant dans la vente de meubles, de literie et de produits cosmétiques.

Au printemps 2018, la compagnie prévoyait offrir à ses clients plusieurs autres nouveautés comme des chaises hautes, des coussins d’allaitement, des suces, des bavettes, de la vaisselle et des meubles d’appoint. Elle souhaitait également ouvrir des boutiques éphémères à l’extérieur de la province.

L’entreprise Souris Mini, dont l’aventure a débuté en 1989, compte environ 300 travailleurs. Le siège social est dans la capitale.

Les cartes-cadeaux, les garanties et les retours seront honorés, assure la direction.