Le poste frontalier de Beecher Falls

Souliers passés en douce à la frontière: les propos de Trump «risibles»

La déclaration du président des États-Unis, Donald Trump, selon laquelle les Canadiens passent clandestinement à la frontière des souliers achetés en sol américain afin d’éviter les «énormes» tarifs douaniers imposés par le Canada sur les biens provenant des États-Unis n’a aucun sens, selon un expert.

Aux yeux de Werner Antweiler, professeur adjoint à l’École de commerce Sauder de l’Université de Colombie-Britannique, le fait que les Canadiens aillent magasiner au sud de la frontière est une bonne chose pour les détaillants américains.

M. Antweiler a admis ne pas comprendre ce que M. Trump avait voulu dire en tenant ces propos.

Le président des États-Unis, qui a décrété des tarifs douaniers sur l’aluminium et l’acier, a critiqué ce qu’il a appelé les tarifs élevés imposés par le Canada sur les produits américains lors d’un discours prononcé mardi.

Durant l’allocution, il a déclaré que les Canadiens passaient en douce à la frontière des souliers achetés aux États-Unis, a affirmé que les Américains étaient traités de façon horrible par leur voisin du nord puis a enchaîné avec une critique du système canadien de gestion de l’offre dans l’industrie laitière.

LIRE AUSSI : Trump accuse les Canadiens de ramener des achats américains sans payer les taxes

Werner Antweiler a estimé que ces remarques étaient «risibles» et «complètement fausses».

Il a expliqué que la plupart des biens de consommation n’étaient pas assujettis à des tarifs douaniers parce que le Canada et les États-Unis ont signé une entente de libre-échange qui est toujours en vigueur, soit l’Accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA).

Les tarifs s’appliqueraient seulement aux chaussures achetées au Canada, mais fabriquées ailleurs qu’en Amérique du Nord.

Il est toutefois possible que Donald Trump ait voulu faire allusion aux Canadiens qui tentent de ne pas payer de droits de douane sur des marchandises achetées au sud de la frontière.

Les voyageurs canadiens qui se rendent aux États-Unis peuvent rapporter des biens d’une valeur totale de 200 $ sans verser de droits de douane pour les séjours de 24 à 48 heures et de 800 $ pour les séjours de 48 heures et plus.

Pour tout ce qui excède ces limites, ils doivent acquitter les droits de douane et les taxes applicables.

Mais cet argent va dans les coffres d’Ottawa, pas dans ceux de Washington, a souligné M. Antweiler.