SoftBank a mis la main jeudi sur environ 15 % de la valeur totale d'Uber, qui serait autour de 68 milliards $.

SoftBank acquiert environ 15 % d’Uber

WASHINGTON - Le groupe japonais SoftBank va entrer au capital d’Uber à la suite d’un accord confirmé jeudi, mais dont les détails financiers n’ont pas été révélés, et qui abaisserait significativement la valorisation totale du service de location de voiture avec chauffeur, jusqu’ici considéré comme la «start-up» la plus chère du monde.

Annoncé par les deux groupes jeudi, cet accord permet à SoftBank de prendre une participation au sein d’Uber en rachetant des actions détenues par d’autres investisseurs. Selon le Wall Street Journal, le prix convenu abaisserait toutefois de quelque 30 % la valorisation d’Uber, qui n’est pas côté en bourse.

Uber et SoftBank avaient conclu à la mi-novembre un accord de principe sur cette prise de participation, mais celui-ci était conditionné au fait que SoftBank parvienne à convaincre des actionnaires d’Uber de lui céder leurs titres à un prix que le groupe japonais considérerait comme acceptable.

Valorisée jusqu’ici à environ 68 milliards $, Uber est la start-up la plus chère du monde. Elle prévoit de s’introduire en bourse en 2019, mais a été touchée ces derniers mois par une vague d’affaires et de scandales qui ont terni sa réputation.

Selon des sources proches de l’accord, Softbank est parvenu à atteindre son objectif initial qui était d’une prise de participation de l’ordre de 15 %. Selon le Wall Street Journal, le prix auquel ont été cédées ses actions donnerait toutefois à Uber une valorisation de seulement 48 milliards $.

«Nous sommes heureux de pouvoir travailler avec les acquéreurs [des titres] pour finaliser la transaction qui, nous l’espérons, appuiera nos investissements technologiques, nourrira notre croissance et renforcera notre gouvernance», a indiqué Uber dans un communiqué.

Dans un communiqué séparé, Rajeev Misra, directeur de SoftBank Investment Advisers, s’est déclaré «satisfait du soutien des actionnaires d’Uber» et a précisé que l’opération devrait être finalisée en janvier. «Nous faisons pleine confiance à la direction d’Uber et à ses employés et sommes heureux de soutenir Uber alors que le groupe réinvente la manière dont les personnes et les marchandises sont transportées dans le monde», a-t-il ajouté.