SNC-Lavalin pourra vendre une partie de sa participation dans la 407

MONTRÉAL — Un tribunal a donné son feu vert afin que SNC-Lavalin puisse vendre une partie de sa participation dans l’autoroute à péage 407, permettant à la firme d’ingénieurs en difficulté de récolter 3,25 milliards $ pour rembourser sa dette.

Cette nouvelle a fait bondir le titre de l’entreprise à la Bourse de Toronto, où il prenait 6,45 %, ou 1,05 $, pour se négocier à 17,41 $, en après-midi. Au cours de la dernière année, l’action de SNC a effacé près de 65 % de sa valeur, touchant même mardi un creux des 15 dernières années.

Dans une décision rendue vendredi, la Cour supérieure de l’Ontario a rejeté la tentative de Cintra Global visant à faire dérailler la transaction avec l’Office d’investissement du Régime de pensions du Canada (OIRPC) afin d’acquérir cette participation de 10 % dans 407 International — l’exploitant de cet actif ontarien. Selon l’entreprise, le tribunal a estimé que Cintra, une filiale de l’espagnole Ferrovial S. A., avait renoncé à son droit de premier refus dans le cadre d’un accord conclu en 2002.

Un paiement de 3 milliards $ sera versé à la société au moment de la clôture, prévue ce mois-ci, et les 250 millions $ restants seront versés au cours de la prochaine décennie.

Dans une note envoyée par courriel à ses clients, Derek Spronck, de RBC Marchés des capitaux, a qualifié l’annonce de «positive», estimant qu’elle permettrait aux investisseurs d’y voir un peu plus clair.

SNC-Lavalin, qui est actuellement confrontée à de multiples défis, utilisera cette somme pour rembourser une partie de sa dette — ce qui comprend un paiement de 600 millions $ à la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ).

L’entreprise ne conservera qu’une participation de 6,8 % dans cet actif qui verse des dividendes stables et est doté d’un potentiel de croissance alléchant dans la région du Grand Toronto, en raison d’une augmentation de la fréquentation.

SNC-Lavalin a notamment essuyé des critiques de la part de la CDPQ, son plus important actionnaire avec une participation d’environ 20 %. La semaine dernière, l’entreprise a sabré son dividende trimestriel de 80 %, en plus d’afficher une perte nette de 2,12 milliards $.