SNC-Lavalin indique que la perte s'est élevée à 48 cents par action diluée pour le trimestre clos le 30 septembre, comparativement à un bénéfice de 15,70 $ par action diluée il y a un an.
SNC-Lavalin indique que la perte s'est élevée à 48 cents par action diluée pour le trimestre clos le 30 septembre, comparativement à un bénéfice de 15,70 $ par action diluée il y a un an.

SNC-Lavalin dans le rouge au 3e trimestre; l'action dégringole en Bourse

Julien Arsenault
La Presse canadienne
MONTRÉAL — Les grands projets de construction clé en main continuent à donner des maux de tête à SNC-Lavalin, qui doit également se pencher sur d'anciens contrats réalisés par sa division des ressources, en pleine restructuration, qui font l'objet de litiges.

À la Bourse de Toronto, vendredi avant-midi, le titre de la firme d'ingénierie et de construction plongeait de 13,2 %, ou 2,73 $, pour se négocier à 17,94 $ dans la foulée du dévoilement d'une perte de 85,1 millions $, ou 48 cents par action, au troisième trimestre terminé le 30 septembre. Ses revenus ont décliné de 432 millions $, à 2 milliards $.

Cette performance est notamment attribuable à une perte ajustée de 100 millions $ enregistrée du côté des projets forfaitaires — des contrats à prix fixe pour lesquels les entreprises absorbent les dépassements de coûts — en raison d'une baisse de la productivité découlant des restrictions liées à la pandémie de COVID-19.

Le résultat tient aussi compte d'une décision d'arbitrage défavorable de 57,9 millions $ pour un ancien projet non identifié de la division des ressources.

«Évidemment je suis déçu de la décision, a expliqué le président et chef de la direction de SNC-Lavalin, Ian Edwards, au cours d'une conférence téléphonique avec les analystes. Nous allons entreprendre un examen approfondi des dossiers litigieux restants des projets achevés dans le passé.»

La multinationale québécoise n'avait pas indiqué, vendredi, combien de dossiers étaient passés au peigne fin.

Au troisième trimestre l'an dernier, SNC-Lavalin avait engrangé un bénéfice de 2,76 milliards $, ou 15,70 $, alors qu'elle avait réalisé un important gain grâce à la vente d'une partie de sa participation dans l'autoroute à péage 407, en banlieue de Toronto.

En excluant les éléments non récurrents, la firme montréalaise a perdu 19 cents par action, alors qu'elle avait affiché un profit de 1,24 $ à la même période il y a un an.

Dans le secteur des services d'ingénierie, la nouvelle pierre angulaire de la société, le résultat ajusté s'est établi à 142 millions $, alors qu'il avait été de 175 millions $ au troisième trimestre l'an dernier. Au quatrième trimestre, le déclin des revenus générés par ces activités devrait décliner au maximum de 5 %, selon les prévisions fournies.