L'homme d'affaires Rolland Veilleux veut maintenant retirer ses billes des deux entreprises, dont la Station Blü bains nordiques, de Saint-Tite-des-Caps.

Situation précaire pour Blü et le Balmoral

En brouille avec les coactionnaires à qui il avait consenti des prêts pour relancer la Station Blü bains nordiques de Saint-Tite-des-Caps et l'hôtel-motel Balmoral de Thetford Mines, l'homme d'affaires Rolland Veilleux veut maintenant retirer ses billes des deux entreprises.
Actionnaire de l'importateur de vêtements Groupe RGR et ancien propriétaire de 11 usines de jeans en Beauce, M. Veilleux avait prêté par hypothèque 1,6 million $ à l'homme d'affaires lévisien Vidal Lebon Guiba lors de l'achat du Balmoral en 2015. Un an plus tard, c'est 875 000 $ qu'il prêtait de la même façon à Yanik Guillemette qui se portait alors acquéreur de Blü bains nordiques.
Il semblerait toutefois que M. Veilleux et ses partenaires ne voyaient plus les choses du même oeil. Les prêts hypothécaires étant échus, il leur a donc fait parvenir à tous les deux, il y a un mois, un avis de paiement de 60 jours, à défaut de quoi il reprendrait possession des deux entreprises.
«Des entreprises, il y en a qui marchent, d'autres qui ne marchent pas. Et il y en a qui dépensent l'argent avant de l'avoir! Dans ces deux cas, ça n'a pas marché comme ils auraient pensé et là, il faut régler ça, car moi, je m'en vais de là. S'ils ne me paient pas, je reprends les entreprises et je peux les revendre à qui je veux», a expliqué M. Veilleux au Soleil.
L'entrepreneur de 75 ans, qui dit posséder encore des participations dans une douzaine d'entreprises du Québec, assure ne pas avoir l'intention de diriger Blü ou le Balmoral s'il en reprend possession.
Du côté de Blü bains nordiques, Yanik Guillemette a affirmé pour sa part que c'est une mésentente autour d'une somme d'environ 200 000 $ qui a créé les frictions avec son bailleur de fonds.
«M. Veilleux m'a prêté plusieurs millions $ dans sa vie et je l'ai toujours payé rubis sur l'ongle. Je lui ai donné plusieurs centaines de milliers $ en frais d'intérêt. Le problème qu'on a présentement, c'est qu'il m'avait demandé de rembourser 911 000 $ en décembre et que j'étais prêt à la faire, mais que maintenant il réclame plutôt 1 185 000 $», a expliqué M. Guillemette. Il indique du même souffle qu'il a déjà un autre prêteur prêt à prendre la relève de M. Veilleux une fois que le dossier sera réglé.
Balmoral fermé
La situation est cependant différente à l'hôtel-motel Balmoral de Thetford Mines, qui a déjà annulé toutes ses réservations de chambres après mardi soir. Le personnel annonce d'ailleurs aux clients la fermeture complète de sa section hôtelière, qui comporte 56 chambres, dès le 1er mars et sa conversion en appartements loués à l'année, dont le complexe hôtelier compte déjà 88 unités.
Contacté par Le Soleil, Vidal Lebon Guiba a toutefois refusé de commenter l'information que son personnel communique pourtant à ses clients depuis une semaine. «Quand j'aurai des choses à annoncer, je le ferai», a-t-il brièvement déclaré, refusant également de commenter la situation avec Rolland Veilleux.