La consommation d’énergie, dit Peter Simons, sera réduite d’environ 60 % par rapport à l’ancien local, grâce à la géothermie et à l’éclairage DEL.

Simons à un mois de son rêve vert

Simons met la touche finale à son rêve d’avoir un premier magasin autosuffisant en énergie, qui ouvrira dans un mois aux Galeries de la Capitale. Mais avant de pouvoir y magasiner, les consommateurs devront prendre leur mal en patience puisque le commerce actuel sera fermé quatre jours en mars, le temps de faire la transition.

Le magasin actuel sera fermé du dimanche 11 mars jusqu’à l’ouverture du nouveau commerce, le jeudi 15 mars. Il aurait été trop difficile de transférer un département à la fois et de faire cohabiter les deux endroits. «Il y a eu beaucoup de débats à l’interne à ce sujet-là. Je pense que les frustrations auraient été plus importantes si on était resté ouvert», a expliqué Peter Simons.

Le pdg a ouvert le chantier aux médias, jeudi. De nombreux ouvriers travaillaient dans les différentes sections, qui ont chacune leur personnalité propre. 

Le nouvel espace, l’ancien Target, compte 80 000 pieds carrés sur un seul étage, contrairement à 47 000 p.c. pour la boutique actuelle. Simons s’était donné la mission de faire un magasin à consommation énergétique nette zéro. 

En vidéo

Générer de l’énergie

C’est dire que le magasin a été conçu pour générer autant d’énergie sur place qu’il en consomme annuellement. Dans le stationnement, 133 places seront équipées d’auvents recouverts de 1020 panneaux solaires à double face qui captent autant la lumière directe que réfléchie. Avec les quelque 2300 panneaux du toit, le système d’électricité solaire générera plus de 1 300 000 kWh/année, soit l’équivalant de la consommation de 50 maisons, indique l’entreprise. 

Les 1020 panneaux solaires à double face du stationnement.

La consommation d’énergie sera réduite d’environ 60 % par rapport à l’ancien local, grâce à la géothermie et à l’éclairage DEL. Plus de crainte de voir votre cellulaire se décharger en magasinant : vous pourrez pédaler sur l’un des cinq vélos conçus pour recharger les téléphones.

Les panneaux visibles dans le stationnement rappelleront aux consommateurs le volet écologique du bâtiment, pour alimenter la discussion, pense l’homme d’affaires. Il fait le pari que le côté éthique de son entreprise séduira les clients et espère que ça se traduira par une hausse des achats. 

La construction d’un établissement carboneutre est environ 20 à 25 % plus cher qu’un magasin traditionnel, estime M. Simons. Le projet, qui était évalué à 50 millions $, est financé à parts égales par Simons et Oxford, le propriétaire du centre commercial. Le haut de l’ancien magasin pourrait accueillir un hôtel, selon des scénarios évoqués par Oxford.

Comme pour ses autres magasins, l’art est omniprésent. L’œuvre principale est un arbre coloré de Giorgia Volpe, fait à partir de vêtements recyclés.

L'arbre coloré de Giorgia Volpe, réalisé à partir de vêtements recyclés.

Centre de distribution

L'homme d'affaires, Peter Simons, indique que le nouveau centre de distribution de 125 millions $ qui sera construit à Québec reste la priorité actuelle. Le centre à la fine pointe permettrait de soutenir et de propulser la croissance du commerce en ligne.

«Ça avance. Il y a beaucoup de morceaux à mettre en place. Dans les prochaines semaines, j’espère pouvoir vous annoncer de quoi.»

Et le financement? «Ce n’est pas réglé encore. Il faut finaliser les terrains, le financement», dit l’homme d’affaires. M. Simons avait indiqué au Soleil en janvier qu’il était prêt à accueillir de nouveaux actionnaires pour réaliser son projet. 

«Je n’ai pas fermé de porte. C’est la question des valeurs, il faut que les gens comprennent ce qu’on essaie de faire. J’ai peur de perdre la liberté de créer, sous le poids de contraintes strictement monétaires», constate le président. Il dit avoir reçu des appels récents de New York et de Boston. 

Il n’est toujours pas exclu que la première pelletée de terre se fasse en avril ou mai, tel que projeté.

Le magasin est divisé en deux sections, mode féminine d’un côté, mode masculine et Simons Maison de l’autre.