Basé à Saint-Éphrem-de-Beauce, Sigma Industries emploie près de 275 personnes.

Sigma Industries fait des emplettes aux États-Unis

Sigma Industries fait des emplettes au pays de Donald Trump. L’entreprise beauceronne achète pour 2,5 millions $US (3,2 millions $CAN) une usine à Surgoinsville, au Tennessee.

C’est par voie de communiqué que la société manufacturière spécialisée dans la fabrication de produits en composite a annoncé, mercredi, renouer avec une présence physique du côté des États-Unis. En 2013, l’entreprise avait fermé ses installations en Ohio, faute de main-d’œuvre, rappelle la direction.

Le petit nouveau du groupe servira à la production de pièces en composite pour le marché du sud-est des États-Unis. L’édifice est d’une superficie de 70 000 pieds carrés. 

Au cours des prochains mois, des investissements seront réalisés par les propriétaires afin de moderniser les installations de l’établissement.

«Cette expansion aux États-Unis constitue un tournant stratégique pour nous», affirme Denis Bertrand, président de Sigma Industries. «C’est la première étape de notre stratégie visant le développement de nos activités sur le marché américain. Essentiellement, elle nous permettra d’offrir un meilleur service à nos clients actuels, tout en nous donnant l’occasion d’intensifier nos activités dans un marché de taille», poursuit-il.

Si tout se déroule selon les plans de la direction, la mise en service des nouvelles installations est prévue d’ici la fin du deuxième trimestre de l’année 2019.

Nouvelle filiale

Pour réaliser son plan d’expansion en sol américain, Sigma Industries (TSX de croissance : SSG) a également créé parallèlement une nouvelle filiale sous le nom de RMC Advanced Technologies.

Cette dernière devrait injecter au cours des trois prochaines années environ 4,5 millions $US  (5,8 millions $CAN) aux États-Unis pour entre autres réaliser l’achat d’équipements. À terme, elle devrait compter environ 50 travailleurs.

Basé à Saint-Éphrem-de-Beauce, Sigma Industries gère présentement deux filiales, soit René Matériaux Composites et Faroex, et emploie près de 275 personnes. 

L’entreprise exerce ses activités dans les marchés des camions de gros tonnage, des autocars, du transport en commun, de la machinerie et de l’énergie éolienne. Elle brasse des affaires en Europe, au Canada et aux États-Unis. 

En mars dernier, la compagnie avait annoncé un investissement de 10,5 millions $ afin d’implanter une chaîne de production automatisée dans son usine à Sainte‑Clotilde‑de‑Beauce, dans la région de la Chaudière‑Appalaches.

Pour son aventure chez nos voisins du sud, Sigma Industries a profité du soutien du programme Centre de croissance accélérée (CCA) du gouvernement du Québec. 

À la Bourse de Toronto, l’action de la société se transigeait mercredi à 0,66 $, en hausse de 1,54 %.