Le conseiller municipal Paul Shoiry ne voit pas d'un bon oeil la construction d'un complexe immobilier et commercial sur l'avenue Maguire, en lieu et place du stationnement à ciel ouvert.

Shoiry opposé au projet immobilier sur Maguire

Le conseiller municipal du district Saint-Louis-Sillery, Paul Shoiry, ne voit pas d'un bon oeil la construction d'un complexe immobilier et commercial sur l'avenue Maguire, en lieu et place du stationnement à ciel ouvert. À son avis, les places souterraines promises par les promoteurs risquent de faire «perdre au change» les clients et les commerçants.
«C'est une autre décision de la Ville qui vient nuire à l'artère commerciale. On est en train de l'étouffer à petit feu», explique le conseiller au sujet du projet de 15 millions $ qui a obtenu l'approbation du comité exécutif cette semaine. Tel qu'annoncé dans l'édition de vendredi du Soleil, un immeuble de quatre étages occupera le stationnement extérieur qui devrait disparaître au printemps ou à l'été 2018.
Selon le conseiller municipal, dès le départ, une partie des 150 stationnements souterrains promis par le porte-parole des acquéreurs, François Pelchat, de la firme Immostar, devra être réservée aux résidents et employés de l'immeuble, ce qui diminuera d'autant le nombre de cases pour les visiteurs.
En outre, M. Shoiry estime que la clientèle risque de se faire tirer l'oreille pour aller dans un stationnement souterrain, où l'espace est plus restreint. «Les gens aiment moins ça. C'est plus difficile d'accès, ils se sentent coincés. Ce n'est pas une bonne nouvelle, alors que la clientèle commence à peine à s'habituer aux parcomètres.»
Paul Shoiry
La Ville aurait plutôt gagné à étudier le développement de l'avenue Maguire «dans son ensemble», croit-il, alors que la SDC [Société de développement commercial] s'apprête à dévoiler un plan de réaménagement, plutôt que de procéder «à la pièce». «Les derniers travaux datent de plus de 30 ans, il va falloir la refaire bientôt. Je ne comprends pas ce que la Ville est en train de faire. On travaille à l'envers.»
La SDC d'accord
De son côté, la SDC Maguire voit la construction du complexe d'un oeil plus positif, dans la mesure où de nouveaux commerces permettront d'attirer davantage de clients. «C'est une très bonne nouvelle pour nous, on aime ça», commente le président Camil Lacroix.
Par contre, tant pour Paul Shoiry que pour la SDC, la grande inconnue demeure l'accès à des stationnements pendant la durée des travaux, qui doivent s'étirer sur un an et demi. De toute évidence, les rues avoisinantes risquent d'en faire les frais.
«Ça va créer toutes sortes de problèmes, ça va être très difficile. Il y a des clients qui vont peut-être décider d'aller ailleurs», souligne le conseiller municipal, déplorant que, d'ici là, les commerçants doivent composer avec de nouvelles entraves à la circulation dans la côte de l'Église, jusqu'à la mi-juillet, en raison de travaux de pavage.