Les Septiliens ont fait la file jeudi, pour se procurer du crabe directement d'un pêcheur, qui ne peut pas vendre sa récolte aux usines de transformation en raison d'un litige sur le prix de vente.

Sept-Îles: des pêcheurs doivent vendre leur crabe sur le quai

Même si les Septiliens profitent de crabe frais pendant la bonne saison, il n'est quand même pas fréquent de pouvoir l'acheter directement sur le quai. C'est pourtant ce qui s'est produit cet après-midi alors qu'un pêcheur n'a eu d'autres choix que de vendre sa récolte tout juste sortie du bateau.
Le litige entourant le prix du crabe de la zone 16, qui s'étend de Pointe-des-Monts à Natashquan, n'est pas étranger à la décision du pêcheur, Yvan Cloutier. Les propriétaires d'usine de transformation et les pêcheurs n'arrivent pas à s'entendre sur le prix de vente du crabe, si bien que les transformateurs refusent d'acheter les récoltes depuis l'ouverture de la pêche, il y a une dizaine de jours.
«J'ai levé mes casiers pour aller vendre en Gaspésie», a expliqué M. Cloutier, qui a tenté de liquider quelque 5000 livres de crabe à Sept-Îles. «Il m'en restait alors j'ai choisi de le vendre ici». Habituellement, 99% de la récolte annuelle d'Yvan Cloutier est vendue en usine. «On a hâte que ça se règle».
Pêches et Océans Canada dit surveiller la situation de près, mais exclut pour l'instant la possibilité de fermer à la pêche la zone 16. Depuis les dernières années, l'Association québécoise de l'industrie de la pêche et l'Office des pêcheurs de la zone 16 peinent à s'entendre sur le prix de vente du crabe.