Interrogée dans le cadre du conseil général des négociations de la CSQ qui se tient présentement à Montréal, la présidente de la CSQ, Louise Chabot, a rapporté que les négociations n'avançaient guère et que le gouvernement maintenait ses offres qu'elle a qualifiées de «méprisantes».

Secteur public: de forts mandats de grève à la CSN et à la CSQ

Les deux plus grandes organisations syndicales du secteur public, la CSN et la CSQ, ont fait savoir jeudi qu'elles avaient obtenu de leurs membres de solides mandats de grève, à savoir respectivement 85 et 82 %.
À la CSN, 170 000 membres sont concernés par la négociation du secteur public et à la CSQ, 130 000 membres.
Les deux centrales syndicales font partie du front commun des secteurs public et parapublic, qui a consulté ses membres quant à un mandat de six journées de grève tournante, sur une base régionale ou nationale, à être exercées au moment jugé opportun.
Interrogée dans le cadre du conseil général des négociations de la CSQ qui se tient présentement à Montréal, la présidente de la CSQ, Louise Chabot, a rapporté que les négociations n'avançaient guère et que le gouvernement maintenait ses offres qu'elle a qualifiées de «méprisantes».
Le gouvernement offre à l'ensemble des employés de l'État deux années de gel salarial, suivies de trois années avec des augmentations de 1 % par année. Il demande également des concessions au chapitre du régime de retraite.
Le front commun revendique plutôt des augmentations de 4,5 % par année pendant trois ans, soit 13,5 %.