Le magasin Sears du centre commercial Fleur de Lys restera ouvert pour le moment.

Sears fermera 59 magasins, dont 14 au Québec

Le couperet tombe chez Sears Canada (TSX:SCC). La société fermera 59 magasins à travers le pays. Pour la province, 14 succursales seront touchées par cette restructuration. Des centaines d'emplois seront perdus.
Au total, ce sont 2900 postes qui seront abolis dans l'ensemble du réseau de vente au détail du détaillant ainsi qu'à son siège social à Toronto. 
L'entreprise a annoncé la fermeture de 20 grands magasins, ainsi que de 15 Sears Décor, 10 magasins de liquidation et 14 magasins d'électroménagers et de matelas. La date exacte de fermeture de ces points de vente n'a pas encore été fixée, indique dans un communiqué la compagnie.
Jeudi, en début de journée, Sears Canada a finalement annoncé se placer sous la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers. Depuis plusieurs années, Sears tente de retrouver le chemin de la santé financière. Une cure minceur avait d'ailleurs été entamée. Personne chez le détaillant n'a retourné les demandes d'entrevue du Soleil. Et également motus et bouche cousue dans les magasins touchés.
La semaine dernière, lors du dévoilement des résultats financiers, la direction avait confié dans un communiqué avoir «un doute important sur la capacité de la société à poursuivre son exploitation». L'entreprise avait indiqué être incapable d'emprunter les 175 millions $ nécessaires pour sa survie. Or, elle ne pouvait obtenir que 109 millions $.
Dans la grande région de Québec, les deux magasins Sears Décor, à Sainte-Foy et à Lebourgneuf, vont fermer leurs portes au cours des prochaines semaines. Une quarantaine de personnes vont se retrouver sur le chômage. Pour le moment, les succursales des Galeries de la Capitale, de Fleur de Lys, de Laurier Québec, et des Galeries Chagnon demeurent ouvertes.
Différentes sources ont confié au Soleil, que plusieurs propriétaires de centres commerciaux de la province tentent depuis quelques mois de racheter l'espace immobilier dans leur bâtiment appartenant à Sears. «Ce n'est pas une surprise, il fallait prévoir un plan B. Malgré leurs efforts, la situation ne pouvait pas s'améliorer».
Trop lents à s'adapter
Selon le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, Sears Canada n'a pas été en mesure de s'adapter assez rapidement aux changements des consommateurs. 
«C'est quelque chose qui me surprend un peu parce qu'en région, par exemple, tout le monde a connu le catalogue Sears. C'était le commerce électronique de l'époque. S'il y avait une entreprise qui était bien située, par sa façon de faire des affaires, pour faire des affaires en ligne c'était bien celle-là», affirme-t-il. «Il faut croire qu'ils n'ont pas vu le tsunami qui s'en venait assez vite et ils n'ont pas transformé leur façon de faire. [...] Ça témoigne de la rapidité du changement et de l'environnement économique. Je pense que c'est bon d'illustrer le paradoxe; voilà une entreprise qui avait tout en main pour réussir son virage avant les autres», poursuit-il.
Ne cachant pas que le secteur du commerce de détail traverse actuellement une période plus sombre, M. Couillard s'est dit à l'écoute de l'industrie et être prêt à poser des gestes pour améliorer la situation.
À travers la province, les grands magasins de Hull, de Chicoutimi, de Sainte-Georges-de Beauce, d'Alma, de Drummondville vont cesser leurs activités. Les magasins d'électroménagers et de matelas de Rouyn-Noranda et de Rimouski seront aussi victime de cette restructuration ainsi que les magasins de liquidation de Saint-Eustache, de Montréal (Place Vertu) et de Sorel. Les Sears Décor de Laval et de Saint-Bruno mettront également la clé sous la porte.
Au Canada, Sears compte actuellement près de 16 000 travailleurs, dont 3000 au Québec. La compagnie détient 95 grands magasins, dont 23 dans la province.
La négociation des actions ordinaires de la Société (62 ¢) a été suspendue sur le parquet torontois.  Avec Fanny Lévesque