L'enseigne du magasin Sears de Place Fleur de Lys

Sears Canada prévoit la suppression de 2900 emplois

Sears Canada fermera 59 magasins et supprimera environ 2900 emplois dans le cadre d'une restructuration supervisée par la cour, a annoncé jeudi le détaillant en difficulté, après des années de pertes financières et d'absence de stabilité à sa tête.
L'annonce sur les compressions est survenue peu après que l'entreprise a obtenu une protection temporaire de la Cour supérieure de justice de l'Ontario en vertu de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies (LACC).
La chaîne de magasins a l'intention de poursuivre ses activités pendant la restructuration et dit vouloir émerger de la protection de la cour dans une forme plus souple et efficace, prête à mieux affronter ses rivales sur un marché hyper concurrentiel.
«Cependant, pour atteindre cet objectif et pour donner une taille appropriée à ses activités, le groupe Sears Canada s'attend à ce qu'un certain nombre de magasins doivent fermer, réduire leurs coûts d'exploitation, abandonnent certaines activités et réduisent la taille de leur effectif», a expliqué Sears Canada dans des documents déposés en cour.
La protection de 30 jours offerte par la cour contre les créanciers de Sears Canada lui donnera un «espace vital» pour tenter de remanier ses activités, a indiqué le détaillant. Le tribunal l'a en outre autorisé à obtenir un financement du débiteur-exploitant de jusqu'à 450 millions $ pour assurer le maintien de ses activités pendant la restructuration.
En vertu du plan supervisé par la cour, le détaillant fermera 20 grands magasins, en plus de 15 magasins Sears Décor, 10 magasins de liquidation et 14 magasins d'électroménagers et de matelas.
Environ 500 emplois de bureaux seront éliminés immédiatement, tandis que le reste des emplois supprimés le seront au fur et à mesure que les magasins fermeront leurs portes. En date du 30 mai, Sears Canada comptait environ 17 000 employés, incluant 10 500 travailleurs à temps partiel.
Les événements de jeudi, que les spécialistes de l'industrie du commerce de détail attendaient depuis un moment, marquent un tournant pour Sears Canada.
Le détaillant a accumulé les pertes ces dernières années et a vu son action chuter - elle a cédé plus de 80 pour cent de sa valeur dans la dernière année - malgré ses efforts pour se réinventer. Il a aussi traversé plusieurs changements à sa tête ces dernières années.
Mark Cohen, qui était le président et chef de la direction de Sears Canada avant de se faire montrer la porte en 2004, croit que le détaillant est le principal responsable de ses problèmes et il juge que l'entreprise n'a pas de vision pour son avenir.
«Cette idée qu'ils vont sortir de s'en sortir plus fort et être une meilleure entreprise est une fantaisie parce qu'ils n'ont pas de meilleure stratégie», a estimé M. Cohen, qui est actuellement le directeur des études du commerce de détail de la Graduate School of Business de l'Université Columbia, à New York. «Vous nettoyez le bilan, et alors quoi?»
Sears Canada, dont le siège social se trouve à Toronto, comptait 94 grands magasins, 23 magasins Sears Décor et 10 magasins de liquidation avant le dépôt de son plan de restructuration selon la LACC. L'entreprise espère pouvoir se libérer de la protection de la cour d'ici la fin de 2017.