Salon de l'emploi Lévis-Bellechasse: participation record de 91 employeurs

Vendredi dernier, l’Enquête sur la population active de Statistique Canada révélait que le taux de chômage dans la région métropolitaine de recensement (RMR) de Québec se situait à 3,2%. Du jamais vu.

La RMR de Québec couvre essentiellement le territoire des villes de Québec et de Lévis.

Cette dernière municipalité fait aussi partie de la région administrative de la Chaudière-Appalaches.

Le taux de chômage dans cette région est inférieur à celui de la RMR de Québec.

En effet, selon le Bulletin sur le marché du travail publié, jeudi, par la direction régionale de Services Québec de la Chaudière-Appalaches, le taux de chômage affichait 2,7% en février. Le taux d’emploi, pour sa part, atteignait 63,5%.

Puisque tout le monde — ou à peu près — est au boulot, pourquoi, alors, tenir un supermarché de l’emploi?

«Ils sont évidemment peu nombreux, mais il reste encore des chercheurs d’emploi», fait remarquer Maud Gosselin, coordonnatrice du Salon de l’emploi Lévis-Bellechasse qui se tiendra vendredi (10h à 18h) et samedi (10h à 15h) au Centre de congrès et d’expositions de Lévis.

«Et il y a tous ces gens qui ont déjà un gagne-pain et qui magasinent un nouvel emploi afin d’améliorer leur sort», ajoute-t-elle en indiquant que les organisateurs attendaient environ 2000 visiteurs.

Chose certaine, les entreprises, elles, seront présentes en grand nombre au Salon de l’emploi Lévis-Bellechasse.

«Quatre-vingt-onze», annonce Maud Gosselin. «Elles proviennent, évidemment, de Lévis et de la région de Bellechasse, mais aussi de Montmagny, de la Beauce, de Lotbinière et même de Québec. Cette année, nous avons été obligés de refuser des employeurs. Tout l’espace est occupé. Pour dépanner, nous avons installé un grand babillard à l’entrée du centre des congrès sur lequel les entreprises absentes peuvent afficher leurs postes vacants.»

De plus en plus, les employeurs recrutent à l’étranger. Ils utilisent aussi à profusion les réseaux sociaux pour trouver les perles rares.

Ils n’ont pas abandonné pour autant les supermarchés de l’emploi, fait remarquer Mme Gosselin en soulignant que des centaines de postes seront à pourvoir, vendredi et samedi.
«Ça leur permet de rencontrer et d’échanger avec les candidats. Ça leur procure aussi une visibilité et une occasion de se faire connaître.»

Pour plus d'informations: http://selb.ca