L’entreprise est spécialisée dans la fabrication de ressorts de précision.

Ressorts Royal débarque sur Mars

«Tout ce que je peux vous dire c’est qu’on a fabriqué des ressorts pour un véhicule qui se déplacera, un jour, sur la planète Mars.»

Steven Côté est tenu à la confidentialité la plus stricte.

C’est le prix à payer lorsque votre entreprise décroche un contrat lié à une mission d’exploration sur la planète Mars à l’aide d’un rover. Une astromobile, doit-on dire en français.
Avec Daniel Fortin et les frères Alex et David Tanguay, Steven Côté est propriétaire de Ressorts Royal, aussi connue sous l’appellation Royal Springs par ses clients du monde entier.

Il s’agit d’une petite entreprise de Montmagny qui compte à peine 22 employés.

Elle est spécialisée dans la fabrication de ressorts de précision.

Pour ses clients évoluant dans plusieurs secteurs industriels (aérospatial, médical, militaire, ferroviaire, automobile), Ressorts Royal fabrique toutes sortes de ressorts en acier ou autres matériaux : des ressorts de compression, des ressorts de traction, des ressorts de torsion, etc.

«Régulièrement, des industriels viennent cogner à notre porte pour nous demander de créer des pièces qui n’existent pas», explique Steven Côté, le chef de la direction de Ressorts Royal.

C’est par l’entremise de clients que l’entreprise magnymontoise a réussi à attirer l’attention de la multinationale MDA qui a obtenu le mandat de la NASA pour construire l’astromobile dans le cadre de la Mission 2020 dont le lancement est prévu pour l’été 2020. Une affaire de 2,5 milliards $US, la Mission 2020 permettra, entre autres, aux scientifiques de collecter des échantillons du sol martien.

Interrogé par Le Soleil sur les tenants et les aboutissants de ce contrat tombé du ciel, Steven Côté s’excuse — deux fois plutôt qu’une — de ne pouvoir être plus loquace.

«Je peux vous dire qu’il s’agit de toutes petites pièces. Leur petit format constituait d’ailleurs la principale difficulté de ce projet que nous avons livré à MDA il y a quelques semaines à peine au bout d’un peu plus de deux mois de travail.»

Belle reconnaissance

Évidemment, chacun des ressorts a fait l’objet d’un contrôle de la qualité peu commun. «Ils ne devaient présenter aucune faiblesse. Sur Mars, il va falloir que les ressorts fassent leur job à 100 %.»

Tout en avouant qu’il ne s’agissait pas «du contrat du siècle» en termes de dollars pour l’entreprise de Montmagny, Steven Côté ne cache pas qu’il s’agit tout de même d’un bon coup pour Ressorts Royal.

«C’est une belle reconnaissance de notre capacité à réaliser les contrats exigeant une précision hors du commun. Vous savez, des fabricants de ressorts, il y en a des milliers à travers le monde. Ils sont très peu nombreux, par contre, à se targuer de produire de pièces qui iront sur la planète Mars!»

En avril dernier, un reportage du Journal de Québec nous apprenait qu’une entreprise de Québec, Eddyfi, avait été recrutée pour passer au peigne fin chacune des soudures de l’astromobile.

Pour la petite histoire, rappelons que Ressorts Royal a vu le jour en 2004. L’entreprise a été fondée par Alex Tanguay et son père Sylvio. L’année suivante, Harold et Steven Côté, le père et le fils, ont joint les rangs de la jeune compagnie.

Soulignons qu’Harold Côté avait mis au monde, en 1986, une autre entreprise de ressorts à Montmagny, Ressorts Liberté. Aujourd’hui, cette société équipe un véhicule sur deux construit sur la planète avec ses ressorts de haute précision.