Depuis l'arrivée de Michael Sabia à la tête de la Caisse de dépôt et placement du Québec, en mars 2009, le rendement annualisé s'est élevé à 10,7 %.

Rendement de 9,6 % en 2012 pour la Caisse de dépôt

Surprise. Les fameux papiers commerciaux ont permis à la Caisse de dépôt et placement du Québec d'obtenir un rendement de 9,6 % l'an dernier. Une performance qui s'inscrit dans la moyenne des plus grosses caisses de retraite au pays.
Performance
Satisfait de ces résultats, le grand patron de la Caisse a reconnu mercredi qu'il y avait toutefois place à l'amélioration. Ce rendement de 9,6 % contraste évidemment avec ceux obtenus en 2011 (4 %) et en 2010 (13,6 %). «Il y a encore du travail à faire», a martelé Michael Sabia.
Il faut dire que depuis 11 ans, le rendement annuel moyen de la Caisse s'établit à 6,5 %. Une performance insuffisante pour répondre aux engagements à long terme de la vingtaine de déposants québécois.
En 2012, les sept plus gros déposants de la Caisse ont obtenu des rendements variant entre 8,2 % et 10,5 %. La Régie des rentes a vu ses actifs s'enrichir de 10,5 %, elle qui avait vu ses placements faire du surplace en 2011 avec un faible rendement de 2,8 %.
En 2012, la Caisse a d'ailleurs mieux fait que son indice de référence en la battant de 30 points de base ou 0,3 %, soit un écart positif de 462 millions $. La Caisse se place au troisième quartile des rendements des caisses de retraite canadiennes ayant un actif de plus de 1 milliard $ recensé par RBC services aux investisseurs, dont la médiane a été de 9,9 %.
Les fameux PCAA ont souri l'an dernier à la Caisse. Leur valeur comptable a progressé de 1,7 milliard $. Les PCAA, devenus des BTAA, valent maintenant 9,6 milliards $. Ce portefeuille de PCAA, qui valait 12,8 milliards $ en 2007, avait été fortement dévalué à 5,6 milliards $ à la fin de 2008.
Tous les portefeuilles spécialisés de la Caisse ont affiché des résultats positifs l'an dernier. Les différents portefeuilles de la catégorie Actions ont progressé globalement de 12,2 % avec des résultats de placements de 8,8 milliards $. Le portefeuille d'actions canadiennes a notamment généré un rendement de 6,6 %, plombé par la faiblesse des prix des ressources naturelles et de l'énergie.
La catégorie Revenu fixe a généré de son côté un rendement de 3,9 %, soit 0,7 % de plus de son indice de référence. Les investissements de la Caisse dans la catégorie Placements sensibles à l'inflation ont affiché un rendement de 11,1 %.
Le portefeuille immobilier a avancé de 12,4 %. Une performance toutefois en deçà de son indice de référence (13,2 %). La filiale Ivanhoé Cambridge de la Caisse dit avoir vu plusieurs de ses établissements hôteliers perdre de la valeur en 2012. La Caisse a toutefois identifié le Château Frontenac, le Reine Élizabeth et l'Hôtel W de Montréal comme des actifs stratégiques.
La Caisse continue de croire dans les marchés émergents. En 2012, ses positions sont passées de 9,6 milliards $ à 12,1 milliards $ dans ces pays en pleine croissance économique.
47 milliards $ au Québec
Au cours de la dernière année, la Caisse de dépôt dit avoir continué à investir massivement au Québec, où elle possède des participations pour 47,1 milliards $.
Des positions importantes ont été prises dans RONA, CGI, SNC-Lavalin et Genivar. À l'inverse, la Caisse a vendu une partie de sa participation dans Québecor Média. Cette dernière passant de 45,3 % à 24,6 %.
Au 31 décembre 2012, l'actif total de la Caisse a ainsi atteint les 176,2 milliards $, soit 17,2 milliards $ de plus qu'à la fin de 2011. Avec ses 176,2 milliards $ dans ses coffres, la Caisse est devenue le plus gros fonds de retraite au pays devant le Fonds de pension du Canada dont les actifs s'élèvent à 172,6 milliards $.
La performance de la Caisse depuis 2002
2012: 9,6 %
2011: 4,0 %
2010: 13,6 %
2009: 10,0 %
2008: - 25,0 %
2007: 5,6 %
2006: 14,6 %
2005: 14,7 %
2004: 12,2 %
2003: 15,2 %
2002: - 9,6 %
Rendement annuel moyen depuis 2002 : 6,5 %
Source : Caisse de dépôt et placement