Le rejet par le président américain Barack Obama du projet de pipeline Keystone XL (qui devait s’étendre de l’Alberta jusqu’au golfe du Mexique) coince le gouvernement Trudeau, qui doit maintenant trouver d’autres tracés permettant d’exporter le pétrole des sables bitumineux.

Rejet de Keystone XL: Transcanada veut 15 G$ en dommages et intérêts

La société TransCanada a formellement présenté sa plainte pour obtenir 15 milliards de dollars en dommages et intérêts du gouvernement américain, en raison de son rejet du projet d'oléoduc transfrontalier Keystone XL.
Dans des documents légaux déposés vendredi soir, TransCanada a présenté officiellement sa demande d'arbitrage, en vertu de l'accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA).
La société avait annoncé en janvier son intention de poursuivre Washington. Elle entend faire valoir auprès d'un organe de règlement des litiges de l'ALÉNA que la décision du président Barack Obama de rejeter le projet était «injustifiée».
La plainte s'appuie sur le chapitre 11 de l'ALÉNA, signé en 1994 entre le Canada, les États-Unis et le Mexique, qui vise à protéger les investisseurs étrangers contre d'éventuelles pertes.
La société basée à Calgary, dans l'Ouest canadien, veut obtenir 15 milliards de dollars du gouvernement américain pour les pertes qu'elle estime avoir subies en raison de ce refus.
Le projet d'oléoduc controversé défendu par le Canada suscitait l'opposition de nombreux groupes écologistes. Il avait été rejeté par le président Obama en novembre dernier, plus de six ans après la première demande de permis de construire de l'opérateur canadien.
Décision «symbolique»
Dans les documents déposés vendredi, TransCanada a fait valoir que la décision du gouvernement américain ne se fondait pas sur des raisons techniques, mais qu'elle était «symbolique» et «basée seulement sur le désir de faire apparaître les États-Unis en pointe sur le changement climatique».
Long de 1900 kilomètres, dont 1400 aux États-Unis, Keystone XL visait à transporter le pétrole canadien des sables bitumineux de l'Alberta jusqu'au Nebraska (au centre des États-Unis), d'où il aurait pu rejoindre les raffineries américaines du golfe du Mexique.