Le maire de Québec Régis Labeaume ne veut surtout pas que la Commission des relations de travail tranche en cas d'échec dans les négociations avec les employés de la Ville.

Régimes de retraite : «On va tenir la ligne», dit Labeaume

À cinq jours de la première rencontre entre les syndicats et les maires en vue du plan du gouvernement sur les régimes de retraite, Régis Labeaume n'en démord pas : pas question que la Commission des relations du travail (CRT) tranche en cas d'échec dans les négociations.
«On ne laissera pas des non-élus décider pour nous autres», a réitéré comme un véritable credo le maire de Québec. Il participera mardi avec d'autres maires québécois à la première rencontre du «plan d'action» de la ministre du Travail, Agnès Maltais, pour régler l'épineux dossier des régimes de retraite.
Cette intervention de la CRT si les négociations achoppent ne passe pas chez les maires, mais encore mardi, Mme Maltais a persisté et signé : la CRT aura le mandat de trancher, quoi qu'en pense M. Labeaume.
Affrontement en vue mardi, donc? «On n'est pas là pour affronter, on est là pour convaincre», a assuré Régis Labeaume jeudi. «Le sentiment de tout le monde, et j'espère que Maltais va s'en apercevoir, c'est comme si elle prenait la part des syndicats. Et ça, les gens de Québec n'apprécient pas. On va tenir la ligne», a-t-il prévenu.
Comme il l'a souvent plaidé avant le congé des Fêtes, le maire de Québec dit ne pas comprendre comment la CRT peut avoir la légitimité d'avoir le dernier mot.
«Personne ne me dit encore pourquoi ça ne devrait pas être les élus. Je n'ai pas eu de réponse à ça», a-t-il déploré, évoquant une fois de plus le «mandat fort» reçu par la population de Québec lors des élections du 3 novembre.
La rencontre de mardi prévoit la présence de «quatre représentants des maires et neuf chefs syndicaux», a révélé M. Labeaume jeudi. Mais pas question de négocier, dit-il. «On a nos chefs syndicaux à Québec. C'est avec eux qu'on fait affaire. Je ne m'en irai pas négocier avec les présidents de la CSN et de la FTQ.»